AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 le Sipra bleu (gauche), 3ème étage, appartement des Plissant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gisèle Plissant

avatar

Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 21/04/2007

MessageSujet: le Sipra bleu (gauche), 3ème étage, appartement des Plissant   Mar 24 Avr - 18:30

Gisèle est une jeune fille de bonne famille élevée dans l'art des bonnes manières. Ses parents lui ont fait suivre des études littéraires dans le but de devenir institutrice. Depuis maintenant 4 ans, elle enseigne dans une école des bas quartiers. Cela n'est pas toujours facile pour elle qui n'a jamais manqué de rien de se retrouver confrontée à tant de misère mais elle continue sans relâche, dans l'espoir de sauver ces enfants perdus.
Ses efforts n'ont d'égal que sa beauté et la finesse de ses traits, c'est une magnifique jeune femme. Courtisée à maintes reprises, elle n'avait jamais accordé de réelle attention à un homme jusqu'à ce qu'elle le rencontre.
Elle se souviendra toujours de la première fois où ils se sont vus. C'était a mois de mai il y a deux ans de cela, à l'occasion du vernissage d'une galerie d'art que venait d'acquérir un ami de ses parents. Grande passionnée de peinture depuis son tout jeune âge, Gisèle avait sauté sur l'occasion d'accompagner son père. L'exposition était un véritable régal pour ses yeux experts et elle passait de long moment à observer chacune des toiles. Dans ces moments là, le monde n'existait plus que pour elle et le tableau. Déambullant à travers les allées à la recherche de la perle rare, son cœur chavira à la vision d'une des œuvres. La toile représentait une jeune femme d'une vingtaine d'année à peine. Elle était assise dans un petit salon près d'une fenêtre. Son regard se perdait dans le lointain, toute absorbée par cette vie qu’elle manquait. A la vision de sa propre vie, Gisèle ne pu retenir ses larmes. Elle-même, trop bien éduquée pour désobéir à ses parents, voyait la vie qu’elle aurait pu mener défiler derrière les carreaux de son donjon dorée. La peinture, son seul objet d’évasion était devenu le substitue de ses rêves inavoués. Perdue dans se pensées, elle ne remarqua pas immédiatement la main élégante qui lui tendait un mouchoir brodée. Leurs regards se croisèrent enfin et se fut le début de leur histoire.

Pourtant, comme le temps était long aujourd’hui. Cela faisait déjà une heure qu'elle l’attendait et toujours rien. Son père lui avait pourtant dit de ne pas s'enticher d'un artiste. Mais pour une fois, elle avait décidé de lui désobéir, de choisir seule ce qui était bon ou non pour elle. Et cette fichue horloge qui marquait chacune des secondes qui la séparait de la vérité…
Enfin on sonna à la porte, elle s’assit rapidement sur le premier divan à sa portée et prit une pose décontractée. La servante qui était allée ouvrir frappa à la porte de son petit salon et lui annonça l’arrivée de Monsieur Georges Rusard. Un hochement de la tête de Gisèle en direction de la servante pour lui signifier de se retirer. La porte se referme, ils sont seuls, son cœur bat à la chamade.

" Prenez donc un siège et dîtes moi tout ce que vous avez appris. "
" Et bien M’dame, vot’e filou, l’est pas facile à suivre !
J’ l’ai suivi tout’ la s’maine, alors j’vous passe les visites à tantine, et l’achat d’la baguette du matin.
Deux choses m’ont paru c’pendant assez intéressantes pour qu’j’vous en fasse l’ récit… "

" Quoi donc ? "

" Ben l’aut jour, l’est parti avec son marmot vers sècre temps, pis z’on acheté un macaque ! "
" Un singe ? Mais pourquoi faire ? "
" Ben ça j’peux pas vous l’dire, tout c’ qu’j’sais, c’est qu’il a renvoyé le marmot chez lui ‘vec la cage.
Une fois le marmot r’parti, il a filé tout sec vers le Mollard, alors si vous voulez mon avis, vot’ filou y vous fait des p’tits dans l’dos ! »

"Je ne vous paie pas pour faire ce genre de commentaires, alors contentez vous de me dire ce que vous avez vu ! "
" Ben j’suis pas rentré pour pas griller ma couverture, et c’est pas l’envie qui m’manquait.
J’ai réussi à voir un p’tit peu par la fenêtre mais c’était pas facile d’rester discret.
Tout c’que j’ai vu, c’est lui et la Maria qui se tenaient la main d’ façon à pas laisser de doutes sur leur aventure !
Y s’parlaient dans l’oreille, enfin moi c’que j’en dis… "

" Bien ! J’en ai assez entendu !
Prenez votre argent, et tenez-moi au courant s’il y a quoi que ce soit de nouveau. "


Un signe de tête, et le détective se retire. La porte enfin fermée, Gisèle s’effondre en larmes. Mais comment en étaient ils arrivés là ? Elle le savait distant ces derniers temps, à annuler toujours au dernier moment leur rendez vous, mais à ce point ? A envoyer Dix coups pour faire cette sale besogne, plutôt que de venir lui-même pour annuler. Son cœur s’était morcelé à l’écoute du récit de Georges. Un singe ? Le Mollard ? Mais que lui arrivait-il ?
Elle ne pouvait pas en rester là, il fallait qu’elle sache, qu’elle aille là où il était allé pour comprendre. Sans même prendre le temps de se rafraichir le visage, elle se leva d’un bond et hurla à la servante de lui mener ses affaires. Une fois vêtue elle jeta un dernier coup d'oeil au tableau qui les avait uni pour la première fois et qui ornait maintenant son petit salon, et se dirigea vers l’extérieur bien décidée à aller au marché puis au Mollard, pour savoir de quoi il en retournait.

"Vittorio..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
le Sipra bleu (gauche), 3ème étage, appartement des Plissant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Couloir du 3ème étage
» Appartement de Louane, étage 3
» ENTRE LA DROITE REVOLUTIONAIRE ET LA GAUCHE REACTIONAIRE ??
» Le "Carré Bleu"
» DE LA DROITE A LA GAUCHE REACTIONNAIRE , ILS SONT DE VENUS CRAZY !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sipra :: Au Coeur de Sipra :: Les Trois Donjons Effilés-
Sauter vers: