AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les Sous-sols de l'Île Stable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dr Leets

avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 02/05/2007

MessageSujet: Les Sous-sols de l'Île Stable   Mer 2 Mai - 0:40

Les sirènes résonnaient, irradiant de l'Île Baste pour emplir d'ondes sonores toute la cité. Les puissantes vocalises artificielles semblaient ne plus pouvoir stopper. Les pavillons à chaque coin de grandes rues vibraient d'intensité... les Siprasiens écarquillaient les yeux d'étonnement, certains protégeant même leurs oreilles de peur d'un tympan percé par la voix tonitruante et impérieuse de Lord Stanton, en boucle, promulguant un couvre-feu sur tout Sipra de 20h à 6h sous peine d'être arrêté par les agents du Gouvernement.

Les pavillons de cet orgue phonographique étaient tous reliés entre eux par de longs tubes de cuivre, renfermant les conducteurs nécessaires aux ondes sonores. Toute cette tuyauterie glissait ensuite au creux du lit Nesien, s'assemblant en un dense réseau aboutissant sous l'Île Baste. C'est sous cette station privilégiée que résidait le coeur des divulgations d'informations siprasiennes. Seuls quelques proches collaborateurs de Lord Stanton, ses hommes de confiance, étaient destinés à répandre sa bonne parole au sein de toute la cité.
Une machinerie gigantesque peuplait le gruyère souterrain de l'Île Baste. Seul maître, après le Grand Maître Stanton, de cette étendue enfumée et bruyante de mécaniques rutilantes et bien huilées : Andrew Morrisson, premier ingénieur du Lord et souverain d'un bataillon d'ouvriers.

Le Docteur Morrisson savait s'entourer. Son bras droit était, dit-on, un génie des plus décadents mais inventifs. Il avait été le premier à dépecer toute la machinerie Siprasienne et à en dresser des plans bien plus détaillés que ceux à la disposition des ingénieurs d'antan. Le Docteur Morrisson restait pourtant le seul à manoeuvrer tout ce fratras tonitruant sans s'empêtrer. Pour cela, son assistant Wadolf Leets l'admirait. Lui qui n'était que ce génie mécanique au regard soucieux des détails, presque incapable de ne pas s'énerver lorsqu'un mécanisme lui résistait, restait pantois face à la facilité de son supérieur pour résoudre tout problème d'un calme olympien qu'il ne posséderait jamais.

Leets était admiratif, certes... mais avant tout envieux. Les sphères de la haute n'étaient qu'à quelques pas, et pourtant Morrisson restait un obstacle à franchir pour dépasser ce statut inchangé qui lui collait à la peau depuis des années. Lui qui avait dressé les cartes des installations subinsulaires, lui qui était considéré comme le plus brillant cerveau de cette bande d'orang outans de la clé à molette. Lui qui n'était, justement, pas un primate, qui possédait les plus hauts diplômes d'ingénierie, qui pouvait créer toute machine pourvu qu'il en eut les moyens... Lui, n'était que le numéro deux des génies du sous-sol. Le savant secondaire d'une organisation secrète première exécutrice des plans du Grand Maître.

Bientôt... tout bientôt...

Lorsqu'il était seul, ce leitmotiv ne cessait d'être murmuré. Puis d'un grand rire sardonique, il retournait à ses occupations professionnelles, impatient et curieux de tout, parfois imprudent, pourtant aimé de ses pairs.

Bientôt...

Et même plus tôt qu'il ne l'avait cru. Les agents vinrent un jour le chercher alors qu'il concevait un nouveau système de pressoir à vapeur... si tant était que l'utilité de cet ustensile fut un jour démontré. Morrisson était mort. Il devenait par la seule volonté de Lord Stanton le Dr Leets, premier exécutant des fondements physiques siprasiens aux ordres du Grand Maître. La nouvelle l'avait chamboulé... il était resté là, le front suant tandis que maladroite, sa nouvelle troupe le réconfortait, bien consciente qu'avec un tel énergumène à leur tête, les risques de leur métier ne cesseraient d'augmenter.
Il s'était ensuite rendu en son laboratoire, avait longtemps réfléchi tout en bricolant diverses armes de poing, l'un de ses passe-temps favoris. Un écrou par là, un rouage par ci... et encore une invention qui tenait le coup sans exploser. Puis il avait mis à jour son tableau personnel "d'ascencion sensée à succès", rayant le nom de Morrisson, retournant son portrait et plaçant son propre profil au dessus de ce deuil détourné. Quelques portraits étaient encore situés au-dessus du sien, dont tout en haut, celui de Lord Stanton, dernière pierre et premier fondement de cette pyramide hiérarchique. Mais admirer la horde de sous-fifres à présent sous son commandement, restait une telle satisfaction qu'il décida de geler pour le moment ses grandes ambitions et de profiter pleinement de ses réussites.

... Un court répit s'était offert à lui avant qu'un ouvrier paniqué vienne s'adresser à lui tandis que les alarmes retentissaient de toutes parts. Le Phonorguaphe faisait encore des siennes et son volume augmentait à un tel point que certains travailleurs semblaient s'évanouir sous le joug oppressant de la voix du grand Lord.

- FAITES QUELQUE CHOSE DR LEETS! C'ETAIT LE DOCTEUR MORRISSON QUI CONNAISSAIT LE MOYEN DE...

.... Couvre-feu sur tout Sipra de 20h à ....

- QU'EST-CE QUE VOUS RACONTEZ?? JE NE COMPRENDS RIEN! QUOI?? ... OU EST LE RESPONSABLE?

Cela l'énervait profondément qu'une telle bande d'incapables s'échine à refuser d'hausser la voix pour qu'il puisse l'entendre. Il risquait sa carrière! Si Stanton apprenait que de tels soucis se déroulaient déjà sous ses pieds, son ascencion risquait la chute!
Et le message du Grand maître tournait en boucle... cela commençait à lui porter sérieusement sur les nerfs. C'est pourquoi il décida de s'en charger lui même. Morrisson possédait en effet une empathie splendide avec les éléments constitués de rouages et mécanismes grinçants, pouvant, disait-on, d'un seul regard les réparer.

Il faudrait plus d'un regard au Dr Leets... Prenant le temps de reboutonner sa grande blouse blanche, tiraillant ses gants en cuir noir, il emboîta le pas à l'ouvrier paniqué, sentant perler sur sa nuque une goutte de sueur...

* Si Lord Stanton me prend en grippe... Mes rêves toucheront à leur fin...*

PRESSE-TOI! OU POUSSE-TOI! TU ME GÊNES!

Et c'est de nouveau excédé que Leets se rendit au coeur du problème, outils en main et peur au ventre.
Le son de la sirène s'éteignit bientôt... tout redevint calme au sein de la cité. Mais au dessous de l'Ile Baste, les machines fumantes et grinçantes continuaient de fonctionner d'un brouhaha mécanique assourdissant, soignées par l'équipe du Dr Leets, à présent calme et rassuré, le sourire aux lèvres et contemplant son nouveau plan de travail d'un regard satisfait.

Bientôt...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr Leets

avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 02/05/2007

MessageSujet: Re: Les Sous-sols de l'Île Stable   Sam 1 Déc - 16:02

La chute de l'élévapeur fut brutalement freinée à son arrivée par un amoncèlement de divers sacs de sable maladroitement disposés sous une série de planches maintenant la cabine à l'équilibre lorsqu'elle n'était sollicitée. Wadolf Leets, chef ingénieur de Lord Stanton ne manqua pas de pester quant à cette négligence d'un détail qui n'avait que trop duré. Lors de ses montées ou arrêts aux étages, l'invention ne souffrait d'aucun disfonctionnement si ce n'était quelques manques d'huile dans les rouages supérieurs, mais ce genre d'incident était vite réglé. Par contre, le sous-sol Siprasien était fréquenté par les seuls ingénieurs et ouvriers de l'Île Stable et ceux-ci se moquaient du décorum ou de la beauté parfaite d'une machinerie en état de fonctionner sans anicroche ou brutalité.
L'ouvrier paniqué et incompétent qui l'avait quémandé pour mettre fin aux nuisances sonores de l'alarme fit les frais de son humeur exécrable. De telles imperfections sapaient sa concentration laquelle ,dès à présent, se devait d'être exemplaire et particulièrement poussée.

- Dr Leets, vous voilà enf...

- Au cas où vous ne le sauriez pas,
le coupa séchement le chef ingénieur, je suis à présent maître en ces lieux par la seule volonté du Grand Maître. Et je suis particulièrement mécontent de votre travail, à tous! C'est une honte vous entendez? Un simple élément comme cet élévapeur n'est même pas réglé convenablement... et vous vous dites ingénieurs? Travaillant pour la gloire Siprasienne? Vous n'êtes qu'une bande de primates! Des primates inconscients de ce qui vous pend au nez. Le règne de Lord Stanton se doit de ne souffrir d'aucune négligence. Nous sommes le ciment de Sipra et j'en suis le principal ouvrier à présent. C'est... C'est impensable! INIMAGINABLE!... C'est...

Les poings serrés en leur carcan de cuir noir crissaient tandis qu'il en perdait en ses mots. Ces sous évolués, indignes de s'occuper d'une telle machinerie qui marquerait l'hégémonie de son pouvoir, indignes d'être entretenus sur les secrets mécaniques et d'ingénierie dont la plupart semble aux yeux de néophytes tels phénomènes surnaturels et inexplicables. Cette foule d'incrédules le regardant étonnés, apeurés, ceux-ci n'étaient pas dignes d'être sous les ordres du Grand Wadolf Leets, grand Maître en son Art, désigné par Stanton pour le servir au plus haut niveau. Il serait un jour maître de Sipra...mais de tels énergumènes ne pourraient que le freiner en sa tâche s'ils ne se débarassaient pas de leurs natures d'ânes batés et primates dégénérés.
Balayant l'antichambre de l'élévapeur, premier atelier des sous-sols siprasiens, d'un regard furieux masqué par ses verres fumés, Leets se força a desserrer ses poings, tout doucement, rythmant son apaisement sur les battements de ses veines saillantes au niveau de son cou, couvert de son long col rigide et immaculé lui semblant soudain étouffant.

- Je ne possède pas la patience de Morrisson. Il était faible malgré son génie. Il n'a pas respecté ses engagements. Nous qui restons dans l'ombre de Sipra pour assurer sa Grandeur, nous devons être rigoureux, efficaces, intelligents...

*Même si cette qualité n'est l'apanage d'aucun d'entre vous*

- ... et nous sommes en ce lieu pour servir le dessein du Grand Maître...

*Qui sera mien... que je rendrai mien... cette invention sera sous mon seul contrôle Stanton*

- ... ne le décevons pas! Sinon... son châtiment sera exemplaire et justifié.

*Bientôt... il subira mon chatîment... ils subiront tous ma volonté.*

- AU TRAVAIL! Plus d'incidents! Donnez votre vie pour Sipra s'il le faut. Je tuerai de mes propres mains celui qui désobéira à cet ordre unique.
Le Grand Maître nous offre l'occasion de lui démontrer notre loyauté et notre utilité. Il désire voir l'aboutissement d'un grand Projet dont je suis seul concepteur. Il sera ingénieux, jamais vu, absolument parfait. Il doit disposer de tous les moyens pour voir le jour. Nous n'avons qu'une semaine pour l'achever.


Des murmures retentirent alors. Quelques vives exclamations ponctuèrent cette dernière annonce. Leets s'y attendait... un primate se contente de se balancer à sa branche favorite mais n'imaginera même pas la sculpter. Ces oisifs l'eccoeuraient.

- Mais... une seule semaine...

- C'est trop peu.

- Nous allons tous mourrir!

- TAISEZ-VOUS!


La voix de Wadolf Leets résonna le long des tuyaux cuivrés, imposant le silence d'une vibration métallique.

- Ce projet aboutira car je n'ai jamais failli. Préparez-vous, tous! Formez vos équipes... soudeurs, ingénieurs, préposés aux fours... Toutes vos instructions sont ici... tapotant son crâne d'un doigt ganté et souriant de toutes ses dents, lui donnant un air de folie appuyé par ses grosses lunettes noires et masquant la moitié de son visage Je n'admettrai aucun retard, aucune réclamation... ALLEZ!

Les corps s'animèrent, les équipes s'élaborèrent rapidement... de vrais petits soldats agissant au bon vouloir du Général Leets. Il saurait les mener à la victoire... il serait Maître de Sipra.
Bientôt...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jéhudiel

avatar

Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 11/12/2007

MessageSujet: Re: Les Sous-sols de l'Île Stable   Mer 12 Déc - 1:35

En son coeur, le balancier s'anima soudain.

- Tic Tac Tic Tac -

Les pignons activés par les rouages tordaient les palettes de sortie qui actionnaient le lourd pendule entrainé par l'ancre rythmant la mélodie binaire et mécanique.

- Tic Tac Tic Tac -

A la force du ressort principal, le levier d'échappement entraînait les premières hélices générant un champ encore mal défini. Une vive lumière blanchâtre éclaira alors son intérieur cuivré.

- Tic Tac Tic Tac -

Filtrée par des ménisques divergents ambrés, la clarté lui offrit sa première vision rougeâtre. Tout n'était qu'un flou incertain. En avait-il seulement conscience?

- Tic Tac Tic Tac -

Les rivets mal polis des jointures de ses membres d'acier grincèrent affreusement tandis que sa vision écarlate parcourait le flou qui lui faisait face. Les images qu'il intégrait se faisaient soudain plus sombre, le rouge vif tournant au carmin, dessinant une silhouette longiligne lui faisant face.

- Tic Tac Tic Tac -

Comment pouvait-il en avoir seulement conscience... ce seul concept lui était étranger. Sa propre existence lui paraissait flagrante, opressante. Et cette ombre encore floue qui lui faisait face semblait étrangement connectée à lui. Elle tentait de communiquer avec ce qu'il était. Au creux même de ses rouages, une membrane se tendit soudain presque violemment, provoquant en lui une sensation assourdissante.

... VIE!

Sa cuirasse cuivrée fut soudain palpée. La lueur de son être s'affola plus vivement. Qu'allait-il advenir? La notion de futur lui était inconnue.

- Tic Tac.... -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr Leets

avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 02/05/2007

MessageSujet: Re: Les Sous-sols de l'Île Stable   Mer 12 Déc - 1:36

J'AI CREE LA VIE!

Cela faisait quelques heures que le Docteur Leets s'était isolé en son laboratoire. Quelques jours à peine après son entrevue avec Stanton, il s'était démené pour mettre en oeuvre ses grands projets. Chaque équipe avait travaillé jour et nuit pour que ses idées aboutissent. Les premiers plans avaient été minutieusement établis par le chef ingénieur lui-même et avaient été scrupuleusement respectés pour la plus grande satisfaction du Docteur. Les éléments avaient un à un été assemblés. Les mécanismes quant à eux, faisaient l'objet d'une inspection de Leets. Tout devait être parfait dans les moindres détails afin que son oeuvre soit telle qu'il l'imaginait. Nul ne posait de questions quant à sa finalité, chacun agissait selon les seuls désirs de l'inventeur qui accueillit bientôt en son laboratoire la première ébauche de son grand projet.

Il avait alors réclamé une paix exemplaire et tous s'en étaient retournés à leurs travaux habituels d'entretien ou recherches. Que certains l'eussent haï pour avoir tant demandé sans aucune récompense de sa part, cela lui était bien égal. Seul avec SON invention, il désirait achever lui même l'oeuvre que Stanton lui avait commandée. Il était seul apte à terminer ce projet car nul autre que lui ne pourrait offrir à cette conception la touche finale qui lui permettrait de s'animer.
Ses mains s'étaient animées au coeur de la machinerie, lui soutirant des jets de vapeur et de lourds grincements. Les grommellements de Leets s'élevaient au coeur des cylindres cuivrés composant la structure qu'il considérait bien mal finie. Leets abhorrait les imperfections, fussent-elles le résultat d'un travail trop vite commandé au bon vouloir d'un capricieux souverain.

Ce qu'il fit en cette enveloppe d'acier dépassait l'entendement. Mêlant un élément organique indispensable au bon fonctionnement de tout être humain, le logeant au sommet de son oeuvre, il l'avait relié par des branches de cuivres articulées et toutes sortes de fils gainés ou non de cuir, à toute la structure. L'imbroglio était tel que lui seul pouvait s'y retrouver et c'était gonflé d'une fierté contrebalancée par la considération de ces maudites finitions inachevées que le docteur procédait aux connections préalables.


Jéhudiel...

Aboutissement d'un projet obsédant, il serait l'annonciation de son hégémonie, de son génie incommensurable. Grâce à son existence, il pourrait à tout jamais obtenir ce qu'il avait toujours espéré. Il serait Maître incontesté de Sipra. Stanton ne pourrait aller à l'encontre de ses pas de géants alors que sa prétendue souveraineté était dépendante de la faiblesse des hommes qui peu à peu le faisait reculer en son hégémonie.
Tremblante, sa main s'avança vers son oeuvre, le levier à sa base était à présent entre ses doigts moites. Leets déglutit et s'arma alors d'un sourire crispé... puis abattit le levier.

L'ensemble tout entier se mit alors à vibrer violemment. Le fracas de l'acier se mêlait aux grincements de rouages qu'il se maudit de ne pas avoir plus huilés. Une lumière rouge se mit à luire et au travers de ses verres fumés, Leets aperçut les globes écarlates qui semblaient s'animer. Des jets de vapeur s'échappèrent de l'engin alors que sa partie supèrieure coulissait sur l'inférieure, crissant, au rythme d'un balancier que le docteur avait intégré au coeur de la structure.


J'AI CREE LA VIE!

Son cri couvrit un moment le son de la mécanique. La vapeur s'échappa soudain plus brutalement. Leets ne voulait prendre aucun risque... lorsque de tels excès s'annonçaient, l'inventeur qui prévoyait de jouir d'une invention nouvelle se retrouvait bien vite projeté bien au delà de ses espérances et rejoignait un monde connu des seules victimes de Stanton. Malgré sa folie soudaine d'éprouver les qualités de son oeuvre, il se devait de garder la tête froide. Empoignant le levier dépassant de Jéhudiel, il le releva, mettant fin aux premières gesticulations de la mécanique d'un dernier souffle de vapeur, telle une longue expiration.
C'est alors qu'il prit conscience des coups frappés à la porte de son laboratoire. Sans quitter des yeux le fruit de son génie, il y répondit au travers de la cloison métallique.


- Docteur Leets! Que se passe-t-il! Répondez! Docteur Leets!

- Il serait mort? ...

- Bah! Il n'avait qu'à pas nous congédier...
pour c'qu'il va encore magouiller...

- J'AI DEMANDE QUE L'ON NE ME DERANGE SOUS AUCUN PRETEXTE!

- ...


Il ne faisait aucun doute que ces empêcheurs de tourner en rond s'étaient enfuis au seul écho de la voix de Leets. Celui-ci n'y pensait plus... Les yeux rivés sur son oeuvre, il lacha un rire trop aigu, presque nerveux, tandis que ses pensées se tournaient une à une vers le seul but de son existence, son pouvoir absolu, sa grandeur inégalée... Stanton aurait son oeuvre, mais Leets possédait de plus grands projets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Sous-sols de l'Île Stable   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Sous-sols de l'Île Stable
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 02.03/18.Sc. Sous-sols minés
» Le Goelan arrive dans les sous sols du Louvre
» Les folles aventure de Roxie et Pete dans les sous-sols... (terminé)
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» La diaspora veut retourner en Haïti sous condition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sipra :: L'Île Stable :: Coeur de l'Île Stable-
Sauter vers: