AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cabane de gardien de Peur Lacheuse - Logis de G. Thanatès

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Georgos Thanatès



Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 02/05/2007

MessageSujet: Cabane de gardien de Peur Lacheuse - Logis de G. Thanatès   Mer 2 Mai - 11:06

Le cimetière est le lieu le plus paisible qu'il soit. Un peu à l'écart du vacarme de la ville, à l'abris du brouhaha de toutes ces machines bruyantes. Celui de Peur Lacheuse s'étend sur plusieurs hectares, parmi une forêt luxuriante largement bénéficiaire de l'engrais naturel produit par la décomposition des corps dans la terre.
Tous se côtoient à Peur Lacheuse : les hommes, les femmes, les nantis, les miséreux, les enfants ou les vieillards. Certains reposent dans une oeuvre d'art en marbre, une crypte magnifique, ornée de sculptures impressionnantes. D'autres gisent à même le sol, dans un trou commun, recouverts de cette substance blanchâtre aidant à la décomposition des corps. De toutes les manières, le cimetière reste un endroit craint et mal-aimé des habitants d'une ville.
De ce fait, mis à part quelques veuves éplorées, Georgos Thanatès reçoit peu de visites de la part des siprasiens.
Ou alors très particulières...

Georgos Thanatès s'avère être tout simplement le gardien du cimetière. Il en est aussi le fossoyeur et le croque-mort. Il remplit toutes les fonctions et assure tous les travaux à effectuer. Il gère la logistique, le nettoyage et l'entretien du milieu naturel autant que des tombes. Il accueille le client, aide au choix des emplacements, creuse les trous, et manipule les substances dangereuses. Il reste chargé de la responsabilité de la préparation et du remplissage des fosses mortuaires de même que de l'entretien des tombes et des cryptes et du terrain. Il s'occupe notamment de déblayer les voies d'accès au cimetière.

Peur Lacheuse est SON cimetière.

Georgos est un solitaire, plus habitué aux cadavres qu'à la gente féminine ou aux échanges amicaux, il reste peu avenant aux premiers abords. Il dégage une odeur désagréable, difficile à cerner, mélée d'humus et de sang séché, émanant de sa personne autant que de son manteau de cuir qu'il ne quitte jamais. Taciturne et secret, personne n'a jamais pénétré sa demeure, qu'il ferme à double tour dès qu'il en sort.

Le fossoyeur allume une cigarette qu'il laisse se consumer entre ses dents et se dirige vers la fosse commune. Il a du travail aujourd'hui. Il doit agrandir le fossé qui est devenu trop petit pour la population siprasienne.
Il faut bien avouer que la plupart n'a pas les moyens d'être inhumée dans un caveau familial, non plus dans une tombe individuelle.
Il descend au milieu des corps en décomposition et commence à oeuvrer. Un coup de pelle par-ci, un coup de pelle par-là et le voilà besognant, comme à son habitude, poussant un membre avec les pieds, fouillant des poches au passage, ouvrant des bouches, voire des yeux, afin de récupérer quelques menus butins. Les cryptes surmontées de gargouilles restent plus rentables que la fosse, mais Georgos récupère tout, tout ce qui peut être exploité, revendu, transformé, utilisé... Tout !

En se penchant pour ramasser un sou percé, Thanatès remarque un morceau d'os bien lisse, apparemment bien préservé malgré les aléas du temps et les produits chimiques. Brassant les restes humains sans aucune retenue ni scrupule, Georgos attrappe un crâne merveilleusement bien conservé, sans brisure. L'os crânien est petit et délicat. Il a du appartenir à un enfant de moins de sept ans à vue de nez. Et Georgos se trompe rarement. Il range l'ossement dans un tissus qu'il vient de sortir d'une de ses poches et le dépose délicatement sur le rebord de la fosse. Encore un coup d'oeil et il irait ranger cette petite merveille avec le reste de sa collection.

Parfois la mort recèle plein de surprises qui ravissent l'existence étroitement liée d'un croque-mort bien singulier à un cimetière un peu particulier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria Delvadde



Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 09/04/2007

MessageSujet: Re: Cabane de gardien de Peur Lacheuse - Logis de G. Thanatès   Lun 26 Nov - 22:29

Laissant le Mollard Rouge derrière elle, Maria Delvadde remonta la rue Gallipe d'un pas pressé, croisant sur son chemin les habitués de son bouge et les saluant d'un geste de sa main gantée - celle encore viable et non l'amas d'acier couinant de cet incapable de Vito!
Malgré un air impassible, ses yeux cillaient imperceptiblement en direction d'Ambre, son homme de main, tandis que ses lèvres frémissaient de grommellements inaudibles où se mêlaient jurons et imprécations à l'encontre de ce dernier.

- Incapable... mgnmgnmgn... 'me pas capable de se débrouiller seul... Balourd sans cervelle... je ne sais pas ce qui me retient de... de t'étriper... même pas foutu de...

A ses côtés, les mains dans les poches de son pantalon en tweed rapiécé trop court pour ses grandes pattes velues, Ambre arborait un sourire niais qui craquelait les coutures de son visage à tel point que l'on eût pu parier de l'attache qui se déciderait le premier à céder. Le colosse était de nature calme.
Maria termina ses remontrances sur l'un de ses jurons préférés tandis qu'elle se rappelait une fois encore les raisons de son énervement.
***
- Tu as compris Ambre... Tu te rends chez le type de Peur Lacheuse... répète!
- Peuuuur...grmpf...
- Arrête de grogner! Tu n'es plus un gamin. Prends exemple sur Déviant, est-ce qu'il se plaint lui? Il doit se coltiner Harris pourtant, tu veux te coltiner Harris? C'est ça? Je l'appelle?
Elle s'était amusée un instant, d'un sourire teinté d'une tendresse malgré tout excédé, du regard d'Ambre à la simple idée de devoir tenir compagnie au pompeux et craintif agent corrompu.
- Alors fais un effort et reprenons...
- Humpf... Harris...
La prothèse mécanique de Maria avait décrit un arc de cercle vigoureux et un jet de fumée s'était échappé de son épaule tandis que s'était étalée sur la joue couturée du videur, une belle giroflée cuivrée à cinq pétales. Grimaçant de douleur à l'instar d'Ambre, la Delvadde avait ramené contre elle son bras artificiel et regretté son élan...Frapper le géant n'avait rien d'une nouveauté - sa caboche hermétique rai(é)sonnait mieux une fois bien secouée - mais balancer sa main à une telle hauteur tirait sur les tendons des muscles du cou de la tenancière, tous rattachés à de petits rouages destinés à initier tout un engrenage de poulies minuscules lui permettant des gestes légers, exempts de brutalité volontaire... en théorie.
Maria s'était calmée alors que non loin de là, prenant place au comptoir, Sabeus avait haussé le ton afin de masquer le bruit dénué de discrétion qui avait retenti dans l'arrière salle.
Ambre s'était frotté la joue un moment et avait enfin tendu l'oreille.
- Bon maintenant écoute-moi... Direction le cimetière, attrape-moi Georgos et dis-lui que j'ai besoin de lui sur le champ. Précise bien que je n'ai pas de cadavres à enterrer cette fois-ci. Au contraire... demande-lui de m'apporter les heures des Rondes. J'ai besoin de l'heure des habitués... famille, relations, amis, collègues surtout... ceux reliés aux agents enterrés à Peur Lacheuse. Tu as compris?
- ... Oui Ma'ia...Grmpf... mais...
- Ambre... Tu n'as rien compris? Bon sang! Mais dis-le bougre d'andouille!
- ... Ben non! Humpf... Rien...
...

***
Et Maria s'était retrouvée accompagnatrice malgré elle, exécutant la tâche qu'elle voulait refiler à l'un de ses sbires. Finalement, c'était une bonne raison de rendre visite à Thanatès. Le bougre ne venait presque plus au Mollard Rouge depuis quelques temps... les affaires devaient être florissantes et la Delvadde espérait que le fossoyeur n'avait pas abandonné les activités adjacentes auxquelles il s'adonnait... le voyeurisme entre autres.
Arrivant au portail grinçant du cimetière, elle laissa Ambre lui ouvrir le passage, pénétrant au sein d'un bois jalonné de pierres dressées, parfois ébréchées, inscrites d'épitaphes souvent mémorables.
Apercevant la cabane de Georgos, Maria s'y rendit sans plus attendre, dépassant son colosse de videur en pleine contemplation de la tombe de Josin Rommir, décédé des suites d'une noyade... le géant couturé avait tenté de dégriser l'un des clients de la tenancière en le jetant dans la Nesie... il avait omis de lui demander s'il savait flotter.
A la porte du logis du fossoyeur, Maria tenta de lever sa main mécanique mais un grincement douteux la prévint de ne pas forcer ses rouages après l'effort fourni auparavant. Haussant les épaules, elle se tourna légèrement vers son videur et s'adressa à lui.

- Au lieu de jouer les nostalgiques, viens te rendre utile au moins... Réveille-nous Thanatès... tes coups devraient suffire à lui signaler notre présence où qu'il se trouve en son cimetière.

Et se rendant auprès de Maria le poing serré, Ambre l'abattit sur la lourde porte de la cabane, levant son visage rafistolé aux cieux soudain couverts d'une horde de corbeaux crôassants et apeurés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georgos Thanatès



Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 02/05/2007

MessageSujet: Re: Cabane de gardien de Peur Lacheuse - Logis de G. Thanatès   Ven 30 Nov - 19:26

Qui va là ?

La voix de Georgos Thanatès se fait entendre au moment même où le choc sur la porte de son domicile résonne. Il avance, le pas lourd, en direction de ce visiteur inattendu. Et ce qui n’est pas prévu, comme d’habitude, le dérange au plus haut point.
Faisant trainer sa pelle qui forme un sillon à peine perceptible dans les allées accidentées du cimetière, le fossoyeur marmonne et râle jusqu’à ce qu’il aperçoive la silhouette singulière de la tenancière du Mollard Rouge, avec à ses côtés, un grand gaillard qu’il ne connait pas.
Il se rend près du couple, cale son outil le long de sa jambe et tire une cigarette d’une des poches intérieures de son manteau de cuir. Tout en l’allumant, il lève les yeux vers la Delvadde et avec un froncement de sourcil à peine perceptible, suivi d’un raclement de gorge peu distingué, Georgos reprend sa pelle, la tige fumante toujours coincée entre ses lèvres.


Oh, Maria !
Que me vaut cette visite ?
C’est rare de te voir promener chez les poussiéreux. En général tu restes attendre les tiens derrière ton comptoir.


Il jette un regard vaguement curieux vers celui qui accompagne la femme à la prothèse.

Et lui, c’est qui ?

Très intrigué par la venue de la patronne de l’auberge la plus surprenante de Sipra, Thanatès attend une réponse, tout en se demandant pourquoi elle s’était elle-même déplacée en ce lieu peu hospitalier. Pour lui, ce n’est pas le genre de la maison, même s’il se doute qu’il faille plus qu’un cimetière pour faire renoncer Maria et les idées qu’elle pouvait avoir derrière la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria Delvadde



Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 09/04/2007

MessageSujet: Re: Cabane de gardien de Peur Lacheuse - Logis de G. Thanatès   Sam 1 Déc - 14:28

Georgos... toujours aussi gentleman. Son doux parler, ses manières civiles et sa politesse si exacerbée...Décidément, la solitude de son cimetière l'avait rendu encore plus bourru. Mais Maria cotoyait des ours bien plus mal léchés, et pour Georgos, de telles attentions devaient être considérées comme distinguées. L'homme n'était pas du genre à se laisser marcher sur les pieds et à écouter de longs discours pour le simple plaisir de s'entretenir avec la tenancière. Elle irait droit au but... mais son habituel sens de la rhétorie se refusait à une impasse concernant le couturé.

Ambre, viens donc là!... Tu te souviens de ces orphelins que j'avais recrutés à Heurts et Crasse pour mon service? Il y en a deux en particulier qui ont tenu le choc du train de vie que je leur imposai sans broncher. Un jeune turbulent que l'on appelle Deviant...plaque en cuivre sur le crâne après l'administration d'un coup de pelle bien mérité. Et le grand basané là! passant son seul pouce valide par dessus son épaule C'était son compagnon aux jambes plus rapides. Evidemment, l'avenir ne lui a pas épargné quelque déboires. Ce sont mes protégés Georgos... tu viendrais plus souvent me rendre visite, tu les reconnaitrais....

Ce léger reproche de la Delvadde fut souligné de l'un de ses clins d'oeil appuyés qui ponctuaient les piques qu'elle réservait aux connaissances ayant fui son bouge depuis trop longtemps. Se rapprochant du fossoyeur, elle huma l'air et fronça légèrement le nez. Comment Georgos se débrouillait-il pour fumer ces cigarettes théoriquement introuvables en Sipra? Tenancière d'un lieu très fréquenté, Maria avait appris à reconnaitre les différentes fragrances enfumées. C'était souvent à l'odeur de sa cigarette ou de son alcool que l'on différenciait un rupin venu dépenser son argent d'un mendiant ayant loué un costume trop ample pour ses frêles et cagneuses épaules. Les deux étaient toujours reçus... mais l'un était ponctionné jusqu'à la moëlle. Le fossoyeur tirait encore sur la fine jaunâtre et la Donlon Express se consuma d'un bon quart. Peut-être les volait-il sur ces gens qu'il enterrait. Haussant légèrement les épaules pour elle-même, se désintéressant du sujet, Maria prit la parole d'un murmure.

Ecoute Thanatès. Tu te souviens de ces services qu'il nous arrive de nous rendre. Tu connais ma clientèle. Ca me fera gagner du temps en mon explication... j'ai besoin d'un homme. Pas d'un cadavre cette fois-ci... il semblerait que mon principal client se serve lui même à présent. Non...
J'ai besoin d'un vivant... et plus particulièrement d'un Soumis. Dans les Bas Quartiers, on en enterre tous les jours, tu le sais mieux que quiconque, et le mégalo hésite à envoyer ces troupes aux alentours. Mais les familles... les compagnons... certains font preuve d'une ferveur particulière. C'est de ceux-ci dont j'ai besoin.
J'ai besoin, cher Georgos, que tu me repères un solitaire, facile à appréhender... ce genre de personnage inconscient qui viendrait rôder seul dans ton cimetière afin de se recueillir... en toute insécurité.
Je ne te demande pas de participer directement à cette tâche qui m'incombe... j'ai besoin d'un nom, d'un visage, d'un horaire. Tu n'as pas perdu tes talents de scrutateur Thanatès n'est-ce pas? Peur Lacheuse reste ton fief si je ne me trompe pas...


Un large sourire étira les traits de Maria Delvadde tandis qu'elle achevait sa demande. Non loin d'elle, Ambre épiait de part et d'autres le moindre mouvement... de telles transactions étaient susceptibles d'une mise à mort immédiate. Le colosse bien que parfois simplet connaissait les tâches qu'il se devait de remplir en toutes circonstances.
Frottant l'articulation mécanique de son bras de toute l'énergie de ses doigts valides, Maria grimaça légèrement et pria pour que Gasmane revienne le plus rapidement possible au Mollard... Ce travail de sagouin mériterait une révision... gratuite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georgos Thanatès



Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 02/05/2007

MessageSujet: Re: Cabane de gardien de Peur Lacheuse - Logis de G. Thanatès   Mer 12 Déc - 14:16

Georgos écoute attentivement la Delvadde jusqu’à ce qu’elle finisse de lui demander ce pour quoi elle est venue dans son fief. Il se rend compte par sa remarque directe, qu’effectivement, cela fait bien longtemps qu’il ne s’est pas rendu au Mollard Rouge.
Il aimait bien à l’époque y aller, plusieurs fois par semaine même, mais un beau jour l’envie a disparu. La solitude lui procure aujourd’hui bien plus que la présence parfumée des poules aguichantes soumises à l’autorité de Maria. L’amour n’a jamais été pour lui une occupation de première place, bien qu’il ait toujours eu un faible pour certaines pratiques bien particulières que connaissait par cœur la tenancière, habituée à toutes sortes de débordements, quels qu’ils soient.
De plus, aucune denrée n’est pour lui vraiment introuvable, ses connaissances et combines lui permettant de toujours posséder ce dont il a envie ou besoin. Il sait qu’il reste rare en Sipra de pouvoir fumer de telles cigarettes mais il est conscient aussi de disposer d’une fortune considérable, et par conséquent bien cachée, en quantité d’alcool non-négligeable.
Entre autre.
Mais ça, personne n’a besoin de savoir. Seule Maria Delvadde connait, en surface, quelques activités du fossoyeur, mais bien peu par rapport à la réalité.

Non, il ne garde aucun souvenir de ces orphelins, et la physionomie de la brute qui lui fait face ne lui dit rien. Il se rappellera de lui à l’avenir. La plupart du temps les enfants l’agacent ou l’indiffèrent, seul le petit vaurien qui a provoqué sa chute peu avant l’arrivée de la tenancière, a marqué sa mémoire. Cependant, il sait se souvenir ce dont il doit se rappeler et n’oublie jamais un homme avec qui il a des arrangements. Ou une femme. Et en l’occurrence, cette fois-ci, c’est celle pour qui il a toujours eu le plus grand respect, qui s’adresse à lui.

Un homme vivant.
Une grimace à peine perceptible vient marquer son visage buriné. Il voit bien deux ou trois habitués venir régulièrement se recueillir sur la tombe de leurs proches, mais Thanatès doit rester réaliste et avouer que le cimetière ne grouille pas de monde. Ce qu’elle compte faire de sa « victime » lui importe peu. Il ne cherche pas à savoir. Juste à négocier.
Bien que l’allure soit rustre, l’esprit reste aiguisé, surtout lorsqu’il s’agit d’affaires. Aussi plonge-t-il son regard dans celui de Maria, sans prêter cas au mastodonte à ses côtés, s’appuie sur le manche de sa pelle plantée dans la terre sèche du seuil de sa maison et annonce après avoir craché son mégot fumant :


Je gagne quoi en échange ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria Delvadde



Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 09/04/2007

MessageSujet: Re: Cabane de gardien de Peur Lacheuse - Logis de G. Thanatès   Ven 25 Jan - 20:36

En échange?

Maria ouvrit la bouche pour répondre mais la referma aussitôt tandis qu'un fin sourire s'étalait sur son visage. Thanatès était donc devenu ce type d'homme. Lui qui avait été l'un de ses proches compagnons en ses sombres activités se noyait soudain en l'océan lucratif et manquant d'intérêt, dépourvu d'une quelconque idéologie, en lequel la plupart de ces citoyens moutons s'immergeait. Peut-être s'était-elle trompé sur son compte depuis tant d'années... ou peut-être n'avait-il rien perdu de sa finesse si peu apparente qui l'avait à l'époque tant séduite.
Le regard sombre du fossoyeur mêlé de rictus ombrés par le bord étroit de son chapeau semblait pourtant sérieux en cet instant. Un vautour...

Il faudrait que je sois l'une de tes clientes mon cher Georgos pour te laisser entrevoir une once de ce que je te réserve en cas de succès. Me crois-tu assez naïve depuis toutes ces années pour confier au premier fossoyeur venu une tâche aux lourdes promesses alors qu'elle ne pourrait peut-être pas être remplie?

Tournant son poignet mécanique sur lui même, Maria grimaça tandis que les grincements retentissaient, inquiétant mais tant à leur place en ce cimetière entretenu par Thanatès d'une bien curieuse manière... l'atmosphère était plus lourde, la brume y semblait plus dense, et la silhouette du croque-mort au coeur de son fief ajoutait au macabre de cette scène.
Pourtant, la présence d'Ambre, bien qu'imposant et effrayant, rendait la tenancière beaucoup plus décontractée. Le colosse était, pour elle, ce bénêt simplet qui ne réussirait jamais à l'apeurer, bien au contraire... et cette faculté du géant malgré lui faisait d'ores et déjà effet.

Ecoute. Je ne vais pas y aller par quatre chemins. Mon bouge ne t'intéresse plus et... il faut bien l'avouer, il ne s'emplit pas tel que je le désirerais. Peste soient de ces agents!
Georgos, je te fais confiance n'est-ce pas? Tu me connais, non? Les affaires sont ce qu'elles sont et tous deux avons des intérêts communs. Nos buts divergent peut-être, qu'en sais-je! Mais cette fripouille de l'Ile Stable n'est pas du genre à nous lacher la grappe. Il faudra bien que l'un de nous soit arrêté, tôt ou tard.
Ce que je peux te promettre, c'est qu'avant que cela arrive, tu seras en mesure d'être l'un des piliers de cette société. Ce que je peux te proposer... sans en dévoiler la teneur, je peux au moins t'indiquer, mon cher...


Se rapprochant du fossoyeur, elle murmura à son oreille, retenant un instant sa respiration, évitant consciencieusement d'humer ce tabac froid émanant de toute sa personne... cette odeur soulignée d'une sensation de poussière peut-être...

... c'est que tes petites activités lucratives deviendront obsolètes et que ta fortune sera faite

Maria s'écarta, un frottement métallique émanant de son épaule tandis que la tenancière se redressait face à Thanatès, un petit sourire aux lèvres tandis qu'Ambre levait un sourcil couturé et nerveux. Le colosse grogna.

J'ai un gros client Thanatès... ses profits seront miens. Mais pour cela, j'ai besoin de toi... en premier recours. Mais si tu ne veux te donner la peine d'ouvrir tes grands yeux noir, je me ferai un plaisir de trouver un autre collaborateur qui bénéficiera de ma réussite.
... Oui Ambre... nous y allons, pas la peine de jouer les froussards!


Tournant les talons, Maria porta la main à son épaule invalide, se promettant de mettre dès que possible le grappin sur ce foutu Vito, incapable de régler convenablement ses inventions. Prenant le chemin du retour, elle lança un dernier appel quelque peu balayé par le pas lourd et bruyant du videur de son bouge.

Ne t'en fais pas Georgos! Tu as tout ton temps pour te décider. Je ne suis pas si pressée, tu me connais. J'attends toujours que tu me rendes visite à l'occasion d'ailleurs, que tu acceptes ou non. Mais... si j'étais toi...


Ponctuant cette dernière phrase d'un petit rire, la Delvadde, sans se retourner, prit le chemin du retour, Ambre sur ses talons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cabane de gardien de Peur Lacheuse - Logis de G. Thanatès   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cabane de gardien de Peur Lacheuse - Logis de G. Thanatès
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Une cabane bien chauffée...
» Qu'est-ce qui vous fait si peur dans le Hierophant?
» Les tunnels/grotte/passage souterrain et la peur
» Wyclef, la peur et les élites, la gauche du populisme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sipra :: Les Bas-Quartiers :: Cimetière de Peur Lacheuse-
Sauter vers: