AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quelquepart dans l'arrière boutique du Sam Ritain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Claire

avatar

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Quelquepart dans l'arrière boutique du Sam Ritain   Mer 23 Mai - 16:27

Claire arrive calmement devant l’imposante façade du centre commercial le plus important de Sipra. Elle vient de franchir le Pont Neuf, sans encombre, et personne n’est encore venu distraire la jeune adolescente durant son trajet. Entrer par la grande porte s’avère être une erreur de taille, et elle en est consciente, les vigiles l’empêcheraient de pénétrer à coup sûr. Ses connaissances du lieu, comme un grand nombre de recoins de la cité, la guident alors dans une ruelle qui longe la bâtisse et qui la mène vers les entrées des entrepôts de stockage dissimulés aux yeux du public.

L’activité n’est pas encore dense et personne ne travaille dans l’arrière boutique à cette heure de la journée. Elle sait qu’elle est en avance par rapport aux employés du Sam Ritain. Au dessus de sa tête, une fenêtre du deuxième étage semble entrouverte. L’ascension commence alors, un pied sur un clou qui dépasse, les mains dans les rainures des briques du bâtiment, un équilibre précaire sur le peu d’éléments qui peuvent l’aider. Peu à peu, avec agilité, même si l’escalade reste néanmoins assez difficile, Claire parvient à se hisser jusqu’à la fenêtre providentielle. Elle vérifie si son point chute est sûr et saute dans la pièce sombre qui lui fait face.

Un débarras remplit de paperasses et d’un bric à brac innommable s’ouvre sur une porte, vers laquelle elle s’approche silencieusement. Elle tend l’oreille, et satisfaite par ce qu’elle n’entend pas, tourne la poignée, qui ne bouge pas d’un centimètre.

" Qu’est-ce que tu croyais espèce d’idiote ! "

Assise près de la porte, ennuyée mais absorbée par une intense réflexion qui la sortirait de ce pétrin, la gamine sent la passion qui l’anime lui redonner la force de continuer. Elle se met à fouiller la pièce, cherchant un moyen de crocheter la serrure, ou une sortie annexe qui la ferait déboucher vers les couloirs du magasin. Elle déniche un coupe-papier rouillé, qu’elle glisse dans une de ses poches et par un malencontreux mouvement, bouscule une étagère qui s’affaisse avec fracas, emportant tout ce qui se trouve sur son chemin, pendant sa chute.

Un vent de panique accélère les battements du cœur de Claire qui tire brusquement sur la porte d’un placard se situant à proximité et y entre d’un bond. Elle se retrouve recroquevillée dans un meuble instable, colonisé par des blattes mieux nourries que sa propre personne. La volonté de ne pas se faire prendre lui permet d’endurer la présence de cette vermine répugnante, en silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam Ritain

avatar

Nombre de messages : 6
Localisation : Entre deux rayons du magasin éponyme
Date d'inscription : 09/05/2007

MessageSujet: Re: Quelquepart dans l'arrière boutique du Sam Ritain   Ven 6 Juil - 12:37

Sam Ritain vient du Grand Hall

Sam Ritain achevait sa tournée d'un rayonnage à l'autre, tournée aussi paternelle que stricte. Lissant sa moustache qui lui valait, il en était certain, un certain succès auprès de ses clientes et vendeuses, il chercha un cigare dans son veston.

Mazette ! Plus de munitions... Voilà un imprévu qui mettait l'heureux entrepreneur mal à l'aise. Un accroc dans sa journée auquel il fallait remédier au plus vite. D'un pas décidé, voire stressé, il se dirigea vers ce petit cagibi dont lui seul avait la clé. Ses précieux havanes y côtoyaient des souvenirs qu'il ne pouvait se résoudre à voir partir à la décharge... et puis quoi encore ! ces petits sauvageons de chiffonniers seraient fichus de se faire de l'argent sur son dos, en revendant une misère ces objets qui représentaient la richesse d'une vie de labeur et de réussites.


Au moment où il glissa la clé dans la porte, rugit un vacarme de tous les diables de l'autre côté ! Tremblant, il n'arrivait pas à glisser correctement la clé dans la serrure. Satanés sueurs
... Sam sentait sa main glisser sur le pommeau cuivré. S'affairant sur le mécanisme récalcitrant, il jeta alentours les regard angoissé et sourire crispé de l'enfant pris la main dans le sac de bonbons, dernier étage, second rayon à droite, Capucine première vendeuse, tout en espérant qu'aucune de ses employées ne le verrait dans cette posture délicate. Poigne de fer dans un gant de velours serait une réputation à jamais ternie par telle réaction émotive... Ces souvenirs, ces précieux objets garants de la mémoire. Pourquoi diable avait-il laissé sa canne dans le bureau ? Trop vieux pour faire étalage de l'ensemble de ses techniques de savate, il se sentirait tellement plus en sécurité avec la possibilité de laisser un éventuel agresseur à distance respectable.

Lorsqu'enfin la porte s'ouvrit, Sam se mit en posture de défense, jambes légèrement pliées, la droite en retrait, poings fermés devant son visage. Scrutant l'ombre du débarras, il put apercevoir le contenu d'une étagère vidé sur le sol, et la petite fenêtre ouverte. Sûrement un chat ou quelque animal rôdant... À moins que... Ce fameux 'Singe qui fait l'mur' dont parlent les gazettes, peut-être était-il utilisé pour cambrioler les honnêtes citoyens, au profit d'on ne sait quelle organisation criminelle dont lui parlait tant le petit Clifford, et qui justifiait ainsi des mesures indispensables comme le couvre-feu ou l'expulsion de criminels récidivistes notoires.

Méfiant, il entra dans la pièce, et soudain ! quelque chose sortit d'un placard pour tenter de se faufiler entre les jambes de Sam... qui
d'un vif coup de talon écrasa la blatte. Il faudrait appeler l'exterminateur, ces sales bêtes se propageaient vite, malgré les mesures d'hygiène en vigueur dans un magasin tel que le Sam Ritain.

"Bigre, quel foutoir !" s'exclama-t-il. "Un petit rangement ne serait pas de trop. Au diable le cigare, il attendra que je vérifie que rien n'a disparu."

Il commença par fermer la fenêtre pour éviter un courant d'air et le coup de froid qui irait avec. Il alluma ensuite la lampe à gaz, ferma la porte pour être seul, et se mit au travail. Il commença par remonter l'étagère, et vérifia son état ; un peu vieille, mais encore capable de tenir un bon moment. Pas question d'en acheter ou d'en faire fabriquer une neuve tant que celle-ci tiendrait la route. Les dépenses personnelles et inutiles le rebutaient presque autant qu'une vitrine vide ou passée de mode.

À mesure qu'il replaçait les objets un à un à leur place, s'assurant au passage que rien n'était cassé, ou pire, abîmé, il se remémorait pourquoi il avait gardé tel ou tel objet. Quand il parvint aux derniers objets, un doute l'assaillit...

"Ventrebleu ! Le... Mon... Il... Foutredieu de cornegidouille ! Qui a bien pu oser ?! Un souvenir pareil... si grande valeur... tellement précieux... Offert par le grand Léon Naperon en personne ! En souvenir de notre premier contrat exclusif, un coupe-papier gravé à nos deux noms." S'effondrant sous l'incompréhension, Sam dut s'adosser au placard. "Il est pourtant des objets qui valent tellement plus. J'en parlerai à Clifford, peut-être pourra-t-il faire passer l'information à ses hommes."

Assommé par cette découverte, il prit du temps avant de se rappeler pourquoi il était venu. Ah oui ! Les cigares. Voilà qui pourrait atténuer la douleur. Il se releva donc, remis sa veste en place, et vérifia qu'aucun pli ne dénaturait son pantalon sur mesure, confection homme, second étage, Augustine première vendeuse et Péroline couturière. Après avoir lissé sa moustache, un sourire revint à l'idée du plaisir à venir.

Face au placard, il savourait d'avance le moment où il allait choisir les cigares qui mériteraient de l'accompagner au cours des jours à venir. Lorsqu'il se sentit prêt, il ouvrit vivement les portes.


Dernière édition par le Dim 2 Déc - 21:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire

avatar

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: Quelquepart dans l'arrière boutique du Sam Ritain   Ven 20 Juil - 16:03

Soudain, la porte du débarras dans lequel la jeune fille est prisonnière s’ouvre.
Les cancrelats escaladent son petit corps tremblant à l’étroit dans le placard bringuebalant. Elle entend des mouvements dans la pièce lorsqu’une voix retentit. Celle-ci semble appartenir à quelqu’un de haut placé…

"Non, cela ne peut être Sam Ritain lui-même ! Certainement un de ses hommes de main, un employé, dans le pire des cas un de ses collaborateurs !" pense-t-elle alors, bien que l’idée ne la rassure pas pour autant.

Elle attend patiemment, priant très fort de passer inaperçu, quand l’homme cesse de s’affairer. Il s’exclame alors au sujet d’un objet manquant ! Est-ce ce coupe-papier rouillé qu’elle avait mis dans sa poche ?
Après quelques contorsions, elle parvient à l’attraper et le serre dans sa main droite.
Alors qu’elle ne s’y attend pas, la porte de sa cachette s’ouvre. La surprise semble s’emparer d’elle autant que de la personne qui lui fait face. Prise de panique, elle brandit son arme de fortune, cette lame émoussée qui n’a rien de dissuasif, vers un homme ventripotent et bien mis, faisant des yeux ronds comme des billes.
Avant qu’il ne puisse dire un seul mot, le coupe-papier toujours en avant, Claire tente de garder son calme tant bien que mal et tout en restant muette - elle espère vraiment passer pour un garçon - s’extirpe calmement de son étroite planque. Lorsque ses membres se retrouvent enfin dégagés de leur entrave, elle n’attend pas la réaction de l’homme qui lui fait face et part d’un bond vers la fenêtre qu’elle découvre fermée. Un léger cri étouffé par une déglutition difficile lui redonne la poussée d’adrénaline nécessaire pour qu’elle tente le tout pour le tout en se jetant sur la porte, close quelques minutes avant la venue de l’intrus, seule autre issue potentielle. Sa main s’agrippe, la poignée tourne, Claire pousse la porte et se rue dans le couloir face à elle. Elle se met à courir, sans penser aux obstacles qui pourraient surgir devant elle... Ou derrière !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quelquepart dans l'arrière boutique du Sam Ritain   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quelquepart dans l'arrière boutique du Sam Ritain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrière-boutique
» On va jouer aux petits chevaux dans l'arrière boutique?
» L'Arrière-boutique
» Avec Yoru [Hentaï] !!
» Un coupe papier intégré et du silicone dans l'arrière train.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sipra :: Au fil de la Nesie :: Le Sam Ritain-
Sauter vers: