AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Au fil des étages du Grand Magasin - le Sam Ritain.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Claire



Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Au fil des étages du Grand Magasin - le Sam Ritain.   Jeu 27 Sep - 16:19

La petite fille grimée en garçon courait à en perdre haleine le long d’un couloir interminable, alors qu’elle venait de s’arracher de la pièce où elle laissait derrière elle un homme sûrement estomaqué et froissé.


Elle ne devait pas s’attarder dans ces couloirs. Elle pouvait être surprise et prise au piège trop aisément. C’est pourquoi elle accéléra encore sa course, au point de sentir une brûlure lui déchirer la gorge, déjà desséchée par le manque d’hydratation et les changements brutaux de température.

Lorsqu’elle parvint au bout du passage étroit, Claire déboucha dans ce qui pouvait ressembler à une impasse, mais s’avérait être un dédale de cloisons séparant l’arrière boutique de la zone marchande accessible aux clients. Le silence qui l’enveloppait jusque là laissa place au brouhaha des lieux très fréquentés, et elle pouvait distinguer de là où elle se trouvait, les conversations, le cliquetis de certains objets, ainsi que le ballet des cintres sur les portants. Soudain, la jeune fille prit conscience qu’elle se tenait, haletante et ruisselante, un coupe-papier rouillé à la main, juste derrière l’endroit où elle voulait se rendre. L'entreprise ne fut certes pas sans difficultés, et elle n'était sûrement pas au bout de ses peines. Mais maintenant qu'elle se trouvait où il fallait, elle se devait de continuer.
Elle essuya son front d’un revers de manche, réajusta sa casquette en dissimulant ses cheveux, et rangea la petite lame dans une poche. Il lui fallait trouver une issue. Elle se jura de mettre tout en œuvre pour récupérer au moins un des objets qu’elle était venue chercher.

Claire se racla la gorge, la soif la taraudait, mais elle tenta de ne pas y prêter attention. Elle se faufila entre les cloisons et déboucha tout naturellement dans une des allées du deuxième étage du grand magasin. La tête baissée, elle avançait, jetant ça et là, un œil à ce qui l’entourait.
Des multitudes de vêtements, chapeaux et autres accessoires se succédaient à en faire perdre la tête aux plus fortunées des Dames de Sipra. Elle marcha vers l’escalier qui montait vers les étages supérieurs, l’air le plus tranquille possible, espérant fortement que celui qui l’avait démasquée lui prêterait l’intention de fuir vers la sortie du rez-de-chaussée.

Aucun vigile ne vint la perturber, alors qu’elle atteignait le quatrième niveau de la tour aux trésors. Encore des vêtements, puis les flagrances fines du niveau des parfumeurs vinrent lui chatouiller les narines. Après un éternuement contenu, elle continua son ascension et parvint à l’étage qui l’intéressait : quincaillerie et droguerie. Enfin ! Il fallait faire vite, car aucun enfant n’avait vraiment de raison de se trouver ici, surtout sans escorte parentale.
Elle était au septième étage du Sam Ritain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sam Ritain



Nombre de messages : 6
Localisation : Entre deux rayons du magasin éponyme
Date d'inscription : 09/05/2007

MessageSujet: Re: Au fil des étages du Grand Magasin - le Sam Ritain.   Dim 2 Déc - 22:10

Sam Ritain était dans son arrière boutique

Le gamin à casquette avait osé menacer Sam d'une arme tranchante... et rouillée qui plus est ! Dieu sait quelle maladie il aurait pu attraper s'il avait réussi à le couper avec ça ! C'était la raison que se donnait le commerçant pour ne pas culpabiliser de n'avoir bougé d'un pouce, pétrifié sur place, découvrant avec horreur que la savatte ne se pratique pas de la même manière dans une salle de sport et en situation réelle.

Après quelques instants, il s'était ressaisi, et avait pris la trace de ce
petit sauvageon, bien décidé à lui faire passer le goût de la fauche. À peine sorti du débarras, il croisa le regard d'un de ses employés de l'entrepôt... coupant net son élan. Quelle image allait-il donner à ses employés si on l'apercevait courir comme un dératé dans sa propriété ? Quant aux clients, il était sûr que cela provoquerait panique chez les femmes et moqueries des hommes. De plus, il était en train d'oublier ses précieux cigares. Avec eux il était sûr de se sentir plus à l'aise, et de réfléchir à quelque moyen de retrouver le morveux, et de lui donner une bonne leçon.


"Bonjour mon cher Saturnin ! Comment allez-vous aujourd'hui ?
- B'jour M'sieur, on fait tallé..."
répondit l'employé, en ôtant son calot par respect pour son patron, qui tenait à certaines règles de vie. "J'ai cru voir un môme quitter vot' pièce perso les jambonneau à son cul, c't'y un prob'ème ?"

Jarnidieux ! On l'avait vu... Il fallait absolument empêcher qu'on sache qu'il avait été volé par une espèce de vaurien des bas quartiers, son image de marque était en jeu.

"Euh, oui... hum... c'est-à-dire qu'il... euh... s'agit du fils de mon très cher et regretté frère. Ma belle-soeur souffrante ne peut plus s'en occuper, et me l'a envoyé plutôt que de le laisser entre les mains d'une institution quelconque.
- J'savions pas qu'vous aviez d'la famille, M'sieur.
- Hé bien... hum... moi non plus jusqu'à très récemment. Mon frère et moi ne nous parlions plus depuis des cycles et des cycles. Mais foin de discussions personnelles, mon petit Saturnin. Prévenez vos collègues que ce petit garnement a voulu me jouer un tour, et qu'il convient de le retrouver au plus vite. Vous me l'amènerez dans mon bureau lorsque vous l'aurez retrouvé. Faites attention, il a en sa possession un objet auquel je tiens fortement.
- À vos ord', M'sieur !"
répondit Saturnin, qui avait appris à respecter les ordres d'un homme qui ne se répétait pas.

Très satisfait de son petit mensonge, Ritain pensa que s'il avait été plus jeune, Clifford l'aurait certainement engagé comme agent, tellement il était fin limier. Son plus grand talent était certes le commerce, mais en personnage routinier et bien installé, ne supportant pas le moindre accroc à ses journées, il fantasmait sur la vie trépidante des enquêteurs et autres aventuriers.

Il retourna alors à son débarras, prit ce qu'il était venu y chercher en premier lieu, et ferma la porte à clé. Il décida qu'il allait faire un tour dans les étages, et indiquer à ses employés de faire attention à ce galopin, sûr de lui mettre la main dessus avant la fin de la journée, convaincu que ses petites fourmis ne sauraient le décevoir.

Il était temps pour lui de
retourner à de plus honnêtes occupations.


Dernière édition par Sam Ritain le Mar 16 Juin - 21:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claire



Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: Au fil des étages du Grand Magasin - le Sam Ritain.   Mer 5 Déc - 15:50

Le septième étage, tout comme les précédents que la jeune fille venait de traverser, s’étendait sur une surface immense, correctement éclairée et artistiquement disposée. Sam Ritain méritait largement sa réputation, tout ce qui pouvait se vendre de façon légale à Sipra restait accessible dans ce temple commercial. Cet étage, dédié à la quincaillerie et à la droguerie, restait bien évidemment moins fréquenté que ceux où les riches héritières se bousculaient afin de dénicher le dernier modèle de tissus à la mode ou composer avec délectation un petit panier de sucreries et de pâtisseries fines hors de prix, de plus en plus rares au sein de la cité.

Quelques personnes erraient ça et là, mais la gamine se trouvait clairement à découvert et repérable au milieu de cet énorme marché du bricoleur et de la ménagère. Les étalages étaient garnis d’objets divers, et Claire s’arrêta net un instant devant la quantité de choses qui s’étendait devant ses yeux. Elle n’en revenait pas, elle était ébahie et déconcertée à la fois ! Elle pourrait certainement trouver tout ce dont elle avait besoin ici-même. Cependant, elle ne serait pas capable de tout emporter sans se faire repérer. Elle savait qu’elle aurait à fuir encore une fois, et ce, très vite, elle devait par conséquent choisir ce qu’elle pouvait transporter sans trop de problème. Son regard se posait tour à tour sur les étals.

Il ne fallait pas qu’elle perde de temps, alors elle se décida aussitôt. Elle posa le plus discrètement possible sa main sur un présentoir où se trouvaient des bougies, elle en prit trois, qu’elle glissa dans sa salopette. Une boite d’allumettes vint suivre et se logea près des trois tiges de cire. Elle se glissa rapidement entre les couloirs étroits et plongea sa main dans un sac rempli de clous, avec lesquels elle remplit une de ses poches. Claire se rendit compte qu’elle n’allait pas avoir le temps de regrouper tous ces objets auxquels elle pensait pour tenter de mettre en œuvre le début de son plan. Elle accéléra le pas en direction de la travée où étaient disposées toutes sortes de bouteilles et fioles en tout genre. Elle savait ce qu’elle voulait, aussi n’hésita-t-elle pas et tendit sa petite main vers une flasque d’huile servant à approvisionner les lampes à huile. L’objet en verre atterrit également dans la salopette, aussi prit-elle soin de la glisser loin de la poche garnie de clous. Comble du bonheur, une petite lampe à huile servait de décoration et était posée sur l’étagère. Elle n’avait plus de place dans ses vêtements, l’adolescente la garda donc dans sa main et se hâta afin de fuir le plus vite possible de l’étage.

Elle ne savait pas à ce moment précis, si quelqu’un avait remarqué son manège et les larcins qu’elle venait de commettre. Il était trop tard pour s’en soucier, elle se rua vers les escaliers lorsqu’elle aperçut une masse sombre en train de les monter. Elle fit demi-tour et chercha une issue. Comme dans les autres niveaux, un couloir menait à des bureaux, une arrière boutique, ou un débarras, elle ne savait pas vraiment, mais se mit à courir dans cette direction, priant très fort d’y trouver une cachette ou une sortie éventuelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Virgile Sécuité



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 10/12/2007

MessageSujet: Re: Au fil des étages du Grand Magasin - le Sam Ritain.   Lun 4 Fév - 23:24

"Foutredieu ! Le neveux du patron !" pensa Virgile. "Avec ça je vais pouvoir me faire mousser si je'mets la pogne dessus."

Faut dire que les autres employés se fichaient de lui et de sa tendance à oublier la Dernière Guerre dans la bouteille, au point de le surnommer "Virgile s'est cuité". Il tenait là l'occasion de retourner une faveur à son ancien chef de tranchée en lui ramenant le marmot. Chance, Virgile n'avait pas encore eu le temps d'écluser sa première bibine.

"Hep ! Toi, là ! Reviens ici tout d'suite ! J't'y ai vu p'tit garn'ment !" hurla-t-il à l'adresse du délinquant juvénile qui venait de faire son apparition devant lui. Apparemment il était en train de s'amuser à se servir dans les étals du tonton. Virigile se mit à courir à sa suite, et le garnement fit l'erreur de s'enfermer dans la direction des salles de test : tout objet vendu par l'enseigne était testé, retesté, encore et encore, pour vérifiier qu'il satisfaisait aux contraintes de qualité imposées par l'omnipotent Mr Ritain. Virgile décida de ne pas brusquer son coeur, et ralentit sa course.

"Pas la peine de chercher, sale gosse ! C't'un cul-de-sac, ici ! J'vais t'trouver quoiqu'il arrive. T'y f'rais mieux d'te rendre vite fait, j'ai plus l'âge de jouer à cache-cache ! Ton onc' y t'f'ras rien si tu t'sors d'là sans qu'on t'y chope par l'palletot ! Et sinon, j't'y fais la peau comme aux Ratons y a 40 piges !"

Le vigile sortit alors son énorme trousseau de clés de son uniforme en parfait état. C'est qu'il aime pas les accrocs, le Colonel, alors Virgile il fait gaffe, et il demande à la petite Péroline, un joli brin de femme, de lui réparer la redingote en cas de besoin.

Et donc, Virgile savait que le couloir ne menait nulle part, sans issue qu'il était. Il y avait plein de portes, mais chacune menait à une salle aveugle où l'on faisait subir les pires outrages à quelque objet. Il ferma donc à clé chacune des portes devant laquelle il passait, faisant bien attention à ce que le petiot ne filoche pas entre ses pattes.

"Gamin ! Allez, viens ! C'est pour rire gamin ! Gamin !
Allez, viens ! Allez... Tu vas pas rester seul dans cet étage, hein ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au fil des étages du Grand Magasin - le Sam Ritain.   Aujourd'hui à 1:14

Revenir en haut Aller en bas
 
Au fil des étages du Grand Magasin - le Sam Ritain.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoire des grands magasins de Paris
» sensibilisation à l'écologie
» Au coeur d'un grand magasin.
» Grand Magasin de Iwa
» Grand Magasin de Kiri

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sipra :: Au fil de la Nesie :: Le Sam Ritain-
Sauter vers: