AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La tour dorée, siège de Lord Stanton

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lord Stanton



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: La tour dorée, siège de Lord Stanton   Dim 8 Avr - 18:14

Tac, tac, tac, tac...
Seul le balancier de la vieille horloge se fait entendre. Aucun autre son ne peut filtrer à travers l'atmosphère pesante qui a envahit il y de ça quelques heures la pièce. Lord Stanton le dos tourné à son interlocuteur et les mains jointes dans son dos contemple par la grande baie vitrée Sipra, perdu dans ses pensées. Situé dans la plus haute tour qu'ai jamais connue la cité, son bureau possède une vue imprenable. Seul point de lumière résistant aux fumées nauséabondes de ses usines, il domine son territoire, il est Dieu tout puissant, régnant sur ses esclaves.

Comment en est il arrivé là? Comment est il devenu Dieu?
Il vous répondra certainement, que c'est sa classe légendaire, son charisme et sa grande intelligence qui l'on poussé sur les sentiers de la gloire. Il ne sera aucunement fait référence à la grande fortune de son père, et à la mort tragique qui l'a touché. Ce pauvre homme est décédé à la suite d'une hypothermie pendant la saison la plus chaude de l'année. L'enquête a rapidement été bouclée, et Clifford Stanton, n'a jamais été inquiété. Ah, suis je bête, vous ai je précisé que l'inspecteur de police chargé de trouver l'auteur du crime à cette époque, est aujourd'hui le général commandeur des Agents?

Toujours est-il que Clifford, est le maître incontesté de Sipra. Enfin, ai je dit incontesté? Il existe bien quelques détracteurs qui ont essayé à plusieurs reprises de prendre le pouvoir et de l'assassiner, mais jamais rien de bien sérieux. Il y a eu des fous volants qui ont tenté de s'écraser sur la tour dorée à bord de machines gigantesques, des malades chargés de poudre qui se sont fait explosés à quelques mettre de lui, il a même reçu un bretzel empoisonné, mais jamais rien n'y a fait. Les Agents ont toujours été plus rapides qu'eux et ont désamorcé ces vains attentats.

Clifford vous dira lui même qu'il ne comprend pas cet acharnement. Il est pourtant bon et magnanime avec la vermine grouillante qui court à travers la ville. Après tout, il leur laisse le droit de vivre, et de respirer le même oxygène que lui. N'est ce pas un grand honneur, qui devrait les combler plus que de raison? Ce sont tous des ingrats, indignes de sa grandeur.

Pour ce qui de son entourage, le grand maître sait faire les bons choix. Des chercheurs plus fous et émérites les uns que les autres, des hommes de main intelligents et cruels, des espions aussi subtils que discrets, des armées d'hommes combattant en armures mécaniques décuplant leur force, des machines de guer... Pardon? Des quoi? Des amis? Diantre, bien sûr que non! Pourquoi aurait-il besoin d'amis? Qui serait assez digne pour partager ses humeurs et pensées, si ce n'est lui même? Un génie tel que lui n'a besoin de personne! Il est!

Mais je divague là, et j'en oubli de vous raconter ce qu'il se passe. Alors où en étais je déjà... Ah oui!:

Citation :
Lord Stanton le dos tourné à son interlocuteur et les mains jointes dans son dos contemple par la grande baie vitrée Sipra, perdu dans ses pensées.

Clifford se décida enfin à se retourner, toisant le chef ingénieur qui lui faisait face. D'un pas assuré par sa canne (oui j'ai oublié de vous dire qu'il boite, mais je vous raconterais plus tard pourquoi), il se dirige vers son fauteuil et s'assoie à son bureau. Son regard transperçant le corps de l'homme tremblant face à lui, il prend un large sourire et s'adresse à lui:

-Si j'ai bien compris, elle a explosé c'est bien ça?
-heu... Oui grand, M, Maî, Maître.
-Cesse donc de bégayer, cela ne fait que m'indisposer un peu plus! Bien! Il va falloir tout recommencer alors et nous perdons du temps!
-Je, je, je suis vrai, vraiment désolé, ce, ce, cela ne se reproduira plus! Nous al, al allons reprendre le tr, tr , travail immédiatement!
-Bien, je te pardonne dans ce cas, mais que cela ne se reproduise plus jamais!
-Oh, maître, vous êtes grand! Merci, je ne mérite pas votre mansuétude! Merci, merci, merci!
-Mansuétude? Tiens tu as raison, ce n'est pas un comportement qui me ressemble. Tout en prononçant ces mots, Clifford ouvre un coffret fixé à son bureau contenant un bouton rouge.
-Non Maître, je, je, je, vous en pris! Pas le bouton rou, rou, rouge! Par pitié!
-Je t'avais pourtant dis de cesser de bégayer, mais tu n'en fait qu'a ta tête! Tu es du mauvais bétail, il est temps d'en changer! CLIC, de la vapeur, un léger bruit de mécanisme, et la trappe située sous le siège de l'ingénieur s'ouvre le laissant chuter avec son hôte. La descente est longue et mène directement au rez-de-chaussée sur une longueur de 341 mètres. Un ahhhhhhhhhhhhh accompagne la descente, suivi quelques instants plus tard d'un choc et du bruit des os qui s'écrasent.

"Mon monde ira mal si je continue à m'entourer d'incompétents comme celui là!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Stanton



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: La tour dorée, siège de Lord Stanton   Ven 13 Avr - 21:19

Tandis, que le chef ingénieur dégringolait le long de la tour dorée, le numéro deux était propulsé en tant que chef à sa place. La sueur luisant sur son front à l'annonce de cette nouvelle, n'avait d'égal que la tache chaude et humide qui s'était développée au niveau de son entre jambe. Ses collègues lui tapotaient le dos, et commençaient déjà à réfléchir à qui se dévouerait pour appeler sa famille et les prévenir de son décès. Jamais aucun n'avait passé le mois, finissant tous par faire le grand saut. La vie d'un ingénieur chef était courte et précaire, et le nouveau numéro deux en avait tout à fait conscience.

Dirigeant son doigt divin vers un bouton d'appel Lord Stanton quand à lui, rêvassait dans son bureau. Que serait le monde sans sa présence et ses idées génialissimes? Entouré d'incapables, la frustration se faisait sentir. Tel un enfant en bas âge, dans sa toute puissance, il voulait son nouveau jouet! Il en avait rêvé, il le lui fallait. Elle sera merveilleuse et d'une puissance jamais égalée encore. Elle sera sa chose, sa monstrueuse machine sanguinaire prête à écraser tous ceux qui ce mettront sur son chemin. Mais pour cela, il faut qu'il en trouve une nouvelle, une qui n'explosera pas ce coup ci! Une qu'il pourra façonner selon ses ambitions.

Son doigt termina enfin son trajet pour s'appliquer sur un bouton directement relié par un long système complexe de tuyauterie au bureau voisin. Une sirène, digne d'une fin de journée à l'usine, retentie dans la salle adjacente faisant sursautée la jeune secrétaire en plein travail. Celle ci faisait une reproduction minutieuse et quasi parfaite de la tour dorée sur l'ongle de son pouce droit. Le pinceau ripa sous l'effet de la surprise et détruisit le sommet de l'immeuble, ne laissant qu'un vide béant à la place du bureau de Lord Stanton.

Engoncée dans une mini jupe aussi étroite que courte et perchée au sommet de ses talons éguilles, le jeune Starla se dirigea vers la porte communicante entre les deux pièces. Les mains tendues devant elle, et secouant l'extrémité de ses doigts pour faire sécher le vernis, elle actionna la poignée de la porte avec sa hanche et entra ruminant son chewing-gum à la fraise. D'une voix nasillarde et entrecoupée de bruits de mastication elle s'adressa à lui:

-Que puis je pour vous Grand Maître?
-Convoquez le commandeur général des Agents, je veux qu'il me fasse un compte rendu de cette dernière semaine. Je veux connaître toutes les informations qu'auront recueilli ses agents. Tout en caressant négligemment le coffret contenant le bouton assassin il continu. Je veux aussi rencontrer le nouveau chef ingénieur, pour lui faire comprendre l'ampleur de mes attentes et ce qu'il lui arrivera s’il échoue...

Sur une explosion de bulle de gomme à mâcher, Starla acquiesce.

-Autre chose?
-Non, ce sera tout, vous pouvez disposer!

Un demi-tour du haut de ses pilotis et l'assistante va pour quitter la pièce.
Un raclement de gorge de Clifford l'a fait se retourner.

-Hum... Vous n'oubliez rien?

Regard vide de la part de Starla. Elle sent bien qu'elle a effectivement
oublié quelque chose, mais quoi? La mastication de son chewing-gum monopolisant une bonne partie de ses possibilités cérébrales, la jeunette semble perdue. Soudain et comme par magie, c'est l'éclair de génie, elle se souvient et déclame sur un ton tout sauf naturel.

-Le Grand Maître est beau, le Grand Maître est
intelligent, le Grand
Maître est fort, longue vie au Grand Maître! Starla sourit, toute fière d'avoir réussit à se souvenir de son texte.
-Comme c'est aimable de votre part de me le rappeler. Bien allez faire ce que je vous ai demandé maintenant.

Sans demander son reste, Starla s'enfuit dans son bureau en refermant la porte derrière elle. Je vois votre visage interdit par cette scène, et je suis certain que vous êtes entrain de vous dire: "Mais quelle cruche!". Vous n'avez pas totalement tort, mais prenez la situation sous un autre angle. Certes, c'est une cruche, mais une jolie cruche! Et quoi de plus gratifiant pour l'égo d'un mégalomane que d'être entouré de gens bêtes, de gens prompts à lui rappeler en permanence qu'il est au dessus d'eux?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr Leets



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 02/05/2007

MessageSujet: Re: La tour dorée, siège de Lord Stanton   Dim 6 Mai - 13:35

________________
________________

Résonnant de cornets sonores disposés en chaque coin de chaque pièce, le message tournait en boucle depuis quelques secondes déjà. Le convoqué, front légèrement suintant et air énervé, avançait à grands pas vers l'élévapeur, plate-forme ingénieusement propulsée aux étages supérieurs à l'aide de poulies grinçantes et autres chaleurs exogènes dégagées pour la poussée.

Bon sang, mais dépêche-toi!

Un nouvel accès de colère le gagna alors qu'il appuyait frénétiquement sur le bouton d'appel de la cabine. Une fois de plus, un effronté s'était mis en tête de le ralentir en ses projets. Déplaire au Grand Maître en ce premier jour de chef ingénierie risquait d'y mettre un terme brutal sans qu'il pût jamais s'en relever.
L'élévapeur consentit enfin à lui ouvrir sa cabine et Leets y pénétra, seul. Le doigt en avant, il le pressa sur le seul bouton doré de la commande, précédant un texte richement décoré au nom de Lord Stanton.

Durant la lente élévation à travers le bâtiment, le docteur arrangea ses effets. Sa tenue n'avait rien de débraillée car l'homme, méticuleux, restait soucieux de son apparence. Sa longue blouse blanche au col serré, légèrement évasée à sa base, couvrait un sombre pantalon, lui même habillé au dessus de lourdes chaussures de cuir ferrées. De larges attaches noires fermaient son ensemble et admirant ses atours parfaitement ajustés, le Dr Leets réhaussa sur son nez ses sombres lunettes teintées.

*Ding*

Lorsque la porte s'ouvrit devant lui, le docteur chancela. La suspension de l'élévapeur était presque parfaite, il ne pouvait en être autrement... il l'avait lui même réglée. Pourtant, un ou deux boulons auraient surement mérité un nouveau coup de clé à molette. Franchissant le seuil de la cabine, Leets traversa le couloir menant à une vaste et sombre salle.

*L'antichambre de l'Eden*

On aurait pu imaginer par cette simple description tout droit issue du cerveau surdéveloppé du Dr Leets, une salle où il faisait bon vivre, quelques faons alentour pour gambader et un ou deux anges grattant lyres et soufflant trompettes pour accueillir tout visiteur qui se présenterait. Mais tout n'était qu'oppression, rappelant sans cesse que derrière cette lourde et haute porte cuivrée, travaillait le Grand Maître Stanton.
La pièce dans laquelle il se trouvait arborait donc de nombreux portraits plus ou moins réussis d'un homme triomphant, au regard perdu dans le lointain sur fond siprasien, indiquant d'un doigt levé la destinée de tout ce peuple qu'il commandait. De lourds tuyaux parcouraient le plafond, réseau complexe de communication à travers l'Île Stable toute entière, et même toute la cité... mais cette tuyauterie n'avait aucun secret pour le docteur, principal cartographe de ces chemins vocaux.

Un peu excentrée, non loin de la porte, face à son petit bureau bien encombré, se tenait la secrétaire de Lord Stanton... Rata... Tralala... Leets n'avait jamais eu la mémoire des noms et "Qui êtes-vous" était l'une de ses expressions redondantes... les noms des éphémères... les retenir tenait de l'inutilité! S'avançant au bureau, son crâne glabre reflétant les lueurs de lustres diamantés pendant d'entre les tuyaux des caissons célestes, Leets se racla sévèrement la gorge et s'adressa à cette godiche dont le nom lui avait échappé.

Vous là! Dites à Lord Stanton que son nouvel et compétent chef ingénieur est présent pour son rapport.

Attendant patiemment que la blondinette trouve quel tuyau utiliser, le Dr Leets se félicita de son timbre de voix constant et sans tremblement. S'il adoptait telle attitude face au Grand Maître, nul doute qu'il serait pris au sérieux... son ascencion serait d'autant plus fulgurante.
La secrétaire consentit à l'accompagner à la porte avant de l'y laisser, main sur la poignée. Le docteur tourna doucement le bouton de porte, écoutant chaque mécanisme se déclenchant tandis que l'ouverture s'actionnait.

*Si simple... si ingénieux...*

... et pénétra dans l'antre de Stanton.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Stanton



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: La tour dorée, siège de Lord Stanton   Mer 9 Mai - 20:15

La porte s'entrebâilla pour laisser apparaitre le crâne du nouveau chef ingénieur.

Stanton ne le lâchait pas du regard, détaillant chacun de ses traits, chacun de ses mouvements, pour en faire une analyse rapide et efficace. Un front large signe de grande intelligence, aucun pli sur sa blouse signe d'application et de méticulosité, pas un seul tremblement signe de fiabilité, un menton fier et hautain qui tend vers l'avenir. Voilà qui semble être un bon présage pour le moment, cet homme a l'allure d'un conquérant.

Son père n'avait cessé de lui répéter de se méfier des conquérants, ils partaient de rien pour arriver tout en haut de l'échelle, écrasant un à un les obstacles jonchant leur parcours. Ironie du sort? Son père ne s'était pas méfier de son propre fils et n'avait décongelé que deux jours après sa mort.

Durant ces quelques minutes ou Clifford toisait un sourcil relevé le nouvel arrivant, l'homme ne cilla pas même un instant. Il restait fixe à la porte dans l'attente du bon vouloir de Stanton. Si ce dernier lui disait d'aboyer certainement qu'il le ferait. Enfin c'est ce qu'il aime penser de son bétail obéissant et discipliné.

Un signe de tête en direction du seul et unique siège faisant face à son bureau ponctue le
"Asseyez vous". Ce même siège qui quelques heures auparavant accueillant le séant de Morrison lui avait aussi permis de faire son dernier grand saut.

Stanton se recule dans son siège pour en apprécier un peu plus le confort. Ses coudes posés sur chacun des accoudoirs, le bout de ses doigts se rejoignent tandis que son regard inquisiteur fouille au fond de l'âme et des vitres teintées du visiteur. Pas un mot ne rompt ce silence de mort. Seule l'horloge se fait encore entendre rythmant les longues secondes qui séparent ce nouveau numéro 1 de sa destinée.

-Si je vous ai fait venir numéro 1 c'est pour vous féliciter de cette promotion que dans ma toute puissance je vous ai accordé. Votre prédécesseur nous a quitté tragiquement et il va de soi que vous allez récupérer son travail.
Ce n'est pas tache simple et j'aimerais que vous compreniez l'ampleur de mes exigences et de ma déception si vous veniez à me décevoir.

D'un geste sec il ouvre le coffret contenant le fameux bouton et reprend son ancienne position.

-Ce que je ne supporte pas c'est la bêtise. Vous n'êtes pas stupide n'est ce pas?

Cette question ne faisant qu'agrémenter son monologue, il n'attend pas de réponse et poursuit.

-J'ai un grand projet à mener. Celui de ma vie et de ma destinée. Il ne tient qu'à vous d'en faire parti!
Mais avant que je vous le confie, je tiens à ce que vous fassiez vos preuves en tant que chef ingénieur.
Si je dois regretter de vous avoir permis d'accéder au sommet, autant le faire rapidement.

Un sourire carnassier se dessine sur son visage. Ce visage si peu habitué à ce genre de mimiques se fige en une grimace plus effrayante qu'apaisante.

-Je ne suis pas un homme cruel, vous ne sentirez rien.
En attendant, faite tourner la maison et créer moi quelque chose. Quelque chose d'utile et de nouveau. Je veux du sang neuf, vous avez une semaine à partir du moment où vous quitterez cette pièce!

Si vous avez des questions, profitez en car la prochaine fois que nous nous verrons, votre destin sera fixé!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr Leets



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 02/05/2007

MessageSujet: Re: La tour dorée, siège de Lord Stanton   Mer 23 Mai - 18:18

Confortablement installé en ce fauteuil, face à Lord Stanton, Steel semblait quelque peu perdu... son regard voilé par de lourdes lunettes de soudure tant et tant usées de mille expériences qu'elles ne protégeaient que son entourage d'un sien regard emprunt de démence. Sa fine bouche n'exprimait qu'un sentiment d'impuissance face à l'écrasante supériorité du Grand Maître. Assis non loin de lui, il frôlait sadiquement le mécanisme d'activation d'un piège bien connu. Hors de la Tour Dorée, ce moyen de "sortie" n'était pas évoqué... il restait tout au plus un mythe destiné à effrayer les enfants des Bas-Quartiers. Leets, lui, avait du en ses premières années d'ingénierie, réviser le mécanisme d'ouverture de la trappe alors qu'un importun s'était vu précipité dans le vide, mais coincé au niveau du cou alors que la machinerie s'actionnait de nouveau. Mal réglée, la plaque de métal se refermait trop vite et le malheureux était resté entre ciel et Terre, la nuque brisée, gémissant encore tandis que Leets contemplait d'une fascination morbide ce spectacle presque grotesque. Cela ne lui arriverait jamais... Non il n'était pas un idiot, et savait où se situait son intérêt. Accompagner lord Stanton en son ascencion? C'était un point crucial de son plan ambitieux pour devenir... mais il n'y était pas encore. L'heure était à l'élaboration d'un nouveau plan de carrière. Lord Stanton lui ordonnait de construire un chef d'oeuvre. A peine sortie des strates inférieures était-il déjà mis à l'épreuve. Et quel défi! Trouver du neuf en cette société si aboutie... mais Leets était certes, avare de compliments, mais ne doutait pas de sa propre personne et s'il avait su un jour féliciter, son propre cas aurait été largement traité.

Réhaussant ses lunettes sur son nez, il fixa son regard dans celui de Lord Stanton. Le Grand Maître semblait pouvoir percer le fumé de ses verres d'un simple coup d'oeil. Le docteur sourit légèrement et les deux doigts de chaque côté d'un bouc savemment taillé en pointe, il soupira. Reprenant contenance et ayant bon ton de s'excuser, il s'apprêta à poser une première question et se ravisa. Tout était clair. Stanton désirait un nouvel ustensile à inaugurer. Il était vrai qu'un projet de grande envergure n'avait pas été envisagé depuis un bon nombre d'années. Le dernier en date s'était achevé avec la mort d'une dizaine d'ingénieurs tandis que la machine s'emballait... une sorte de grande structure métallique destinée à aider les agents en leur travail de maintien de l'ordre. Cet amas mécanique propulsé à la vapeur avait rempli sa première fonction en s'animant... l'arrêt n'avait pas été simple pourtant. Le robot était passé hors de tout contrôle et s'en était pris aux ingénieurs, lesquels furent un à un décimés jusqu'à ce que la machine daignât s'arrêter d'elle-même. Un nettoyage rapide et consciencieux avait eu lieu, effaçant toute trace de cet échec retentissant. Les robots ne vaudraient jamais les hommes... mais l'union des deux...

Leets abandonna le fauteuil en lequel il se tenait et s'inclina face à Lord Stanton. En sa tête résonnaient deux mots "Numéro Un", toujours plus présents et bientôt à jamais mérités lorsque son projet serait accompli.

Une semaine devra suffire votre Grandeur. Je ne vous décevrais pas. Quant à mes questions, j'y répondrai seul. Elles ne sont pas destinées à vous importuner et ne sont que passion pour le travail que j'accomplirai pour Sipra... et pour Vous bien entendu.

Un frisson le parcourut soudain alors qu'oubliant son projet, il replongeait son regard en celui de Lord Stanton. L'homme était froid malgré son sourire... Leets ne l'oublierait pas. Ses arrières devaient être protégées, et rapidement. Le moindre oubli risquait de lui coûter plus cher encore qu'une chute décapitante.

Si vous me l'accordez, j'aimerai me retirer pour débuter de suite ce projet que je vous destine...

L'atmosphère n'était pas telle qu'il eût voulu y demeurer... Une nouvelle goutte de sueur apparaissant au niveau de sa tempe droite, le Docteur Leets ne broncha pas, attendant la réponse du Grand Clifford Stanton et focalisant toutes ses pensées sur l'idée qui l'avait effleuré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Starla



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 12/07/2007

MessageSujet: Re: La tour dorée, siège de Lord Stanton   Lun 16 Juil - 16:00

La jolie cruche était occupée à compter ses doigts lorsque surgit devant ses yeux l'horreur de son vernis inachevé. Observant le résultat temporaire, elle réprima un petit rire, et se dit qu'elle ne pouvait laisser impuni cet acte de terrorisme ingnoble. Elle entreprit donc de terminer son chef-d'oeuvre, convaincue que cet acte d'allégeance serait du plus bel effet sur le Grand Stanton.

À peine avait-elle commencé son travail qu'un pneumatique roula sur son bureau, en provenance du service du personnel. Certainement une nouvelle candidature qui avait payé cher pour arriver jusqu'ici. Ne voulant pas être perturbée dans son oeuvre par la vue d'un effort à venir pénible et peu profitable, elle fit tourner son fauteuil pour faire dos au bureau. La secrétaire se retrouva face à ce qui fut peut-être une plante verte dans une vie antérieure. Elle ne se souvenait pas l'avoir seulement aperçue plus tôt, encore moins qu'elle dut s'en occuper. Cela était peu probable, n'étant pas stipulé sur son contrat qu'elle connaissait par coeur, à l'alinea près.

Une dernière touche de vernis mit fin à la réalisation du bureau du Maître de Sipra, son vénéré patron. Elle admira une dernière fois sa création avant de retourner à de moins sérieuses occupations. Sur le bureau, arrogant, ce maudit pneumatique qui empêchait la secrétaire de s'occuper de ses propres affaires. L'ouverture du maudit objet oblong -qu'elle détestait cette forme !- lui révéla que son instinct, une fois encore, ne l'avait point trompée. Un curriculum vitae étoffé, un daguerréotype signé Jana Tousse et Berthe Rampe -des artistes du genre, même Starla l'admettait, leur dernière exposition lui ayant tiré quelques larmes-, et bien sûr un petit mot écrit de la main du papa, une espèce de nouveau riche, qui demandait à ce qu'on place sa petite poupée à un poste méritoire. Attachée au mot, une invitation à déguster une spécialité de Madame après la prochaine représentation à l'opéra.

Compétente voire douée, jolie voire au goût de sa Majesté Stanton, une famille riche voire influente, il s'agissait d'une concurrente dangereuse. Maintes flagorneries, manipulations, ou autres bassesses. Quantité de sourires moins aguicheurs que ses longues jambes qu'elle savait décroiser pour détourner un regard trop insistant sur son décolleté plongeant, avaient permis à la blonde sulfureuse d'occuper un bureau sur lequel lorgnait la moitié féminine de Sipra. Oui, trop d'efforts effectués le sourire crispé, de promesses tenues sur le dos, à genoux, ou à quatre pattes, pour ne pas protéger pareille position, à l'antichambre du pouvoir absolu. Elle commença par rédiger une note à l'intention de la direction du personnel, qu'elle ferait signer par le Grandissime Lord Stanton à la fin de l'entrevue avec cet affreux malade de Leets.


Citation :

Son Éminence, Lord Stanton, vous ordonne de prendre note.

En réponse à l'augmentation des débits de la Nesie, la construction d'une nouvelle pompe s'avère indispensable. Notre esprit génial et supérieur ne saurait souffrir des délais identiques à ceux de la précédente livraison.

Pour éviter que pareille déconvenue ne se reproduise, nous avons décidé de fournir au misérable maître d'oeuvre, dans notre immense magnanimité, le renfort d'une assistante dont voici les références.

Gloire à Sipra ! Gloire à Stanton !

Cette note de service, une fois signée et accompagnée du curriculum et de la frimousse au grand sourire, prendrait bien évidemment le chemin du mauvais service. Les lenteurs de l'administration siprasienne feraient le reste. Si tout se déroulait comme prévu, la petite chérie à son papa apprendrait sa promotion une fois la pompe en état de marche. Restait l'invitation.

Starla se saisit d'un lourd classeur estampillé
Invitations diverses dont elle tourna rapidement les pages Assister et Refus net, peu remplies. La richesse permettait peut-être à une invitation intéressée de se retrouver sur le bureau de Starla, mais celle-ci connaissait trop bien son travail et l'emploi du temps surchargé de son Immensité. L'invitation à dîner se retrouva donc au milieu d'innombrables autres cartons rivalisant de stylisme, dans l'espace nommé Excuses courtoises. Le jour de la représentation à l'opéra, elle rappellerait au Grand Maître Stanton les raisons officielles du refus, et agrémenterait cette information de la fiche de renseignements collectés au sujet de l'importun.

Elle rangea le classeur, jeta une petite note dans son agenda à ce sujet, et prit sous le bras l'ensemble des documents qu'elle devait faire signer. La secrétaire se leva, bras chargés, et se dirigea vers la grande porte qui séparait son bureau du saint des saints. Ne voulant pas interrompre la grande discussion entre l'Unique et son premier ingénieur, elle colla son oreille à la porte de manière à savoir quand faire son entrée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apollonia Kirillovna



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 19/04/2007

MessageSujet: Re: La tour dorée, siège de Lord Stanton   Lun 26 Nov - 19:47

Elle marche le plus vite qu'elle peut. A la fois pour ne point être en retard à son rendez-vous avec Stanton, mais surtout pour essayer d'évacuer toute la colère qui l'avait submergée au sortir de l'échoppe de son oncle.
Le vieux sagouin larmoyant l'avait bien eue. C'était comme une faille, une blessure ouverte et toujours douloureuse, l'irréparable défaut de sa cuirasse. Et ce vieux rat avait mis le doigt dessus!
Elle avait eu beau faire, jamais elle n'avait pu oublier le regard de Kuzma le jour de leur séparation. Ces yeux éperdus, gigantesques, qui semblaient lui dire : tu m'abandonnes Polia, c'est comme si tu me tuais.
Et à chaque fois aprés celà venait le visage de son père que les agents emmenaient, les mains menottées. Et ses "Je suis désolé! Je suis si désolé!", pendant qu'elle même se débattait comme une tigresse en s'accrochant au corps sans vie de sa mère.

Elle se jette quasiment dans une ruelle adjacente et vide et frappe le mur de sa petite main gantée.


Salopard, si tu n'avais pas fini au tunnel des exils c'est moi qui te tuerais aujourd'hui! hurle-t-elle presque.

Apollonia réalise qu'elle a parlé trop haut et balaie rapidement la rue du regard, personne. Elle appuie un instant ses deux mains sur ses genoux, respire plusieurs fois à fond et calmement. Quand elle se relève, seule une certaine rougeur facilement imputable à sa course demeure de cet éclat. Le regard détaché, elle lisse et remet en place rapidement ses vêtements.
Allons il ne lui reste que deux rues avant de rencontrer Lord Stanton, tout va bien se passer. Elle doit remplacer le commandeur général des Agents pour son rapport hebdomadaire. Celui-ci est aujourd'hui en "recrutement" et lui a ordonné de s'y rendre à sa place. Etrange. Se défiler à une convocation de Stanton est aussi raisonnable que d'essayer d'arrêter une vapocalèche avec le crâne... Le commandeur est si pondéré et prudent qu'elle a du mal à croire qu'il prenne ce risque pour une occupation parfaitement reportable.
En fait elle ne souhaite qu'une chose, que le seigneur de la cité ne reporte pas son courroux sur elle. Voler ne fait pas partie de ses rêves secrets. D'ailleurs Apollonia n'a pas de rêves secrets.

Une rue et quelques mètres avant de présenter une énième fois son laisser-passer aux agents en faction elle pénètre dans un petit local, dont elle seule a la clef. Rapidement elle se change, laissant ses modestes vêtements pour une robe de soie vert émeraude et un manteau de vison, une broche et une bague de diamant complètant le tout. Devoir cacher son activité comporte malgré tout quelques inconvénients, comme ne pouvoir venir par la voie des airs, malgré un laisser passer du plus haut niveau ou ne pouvoir se présenter ici comme la petite secrétaire qu'elle est censée être. La visite régulière d'une personne de si basse condition au grand maitre Stanton éveillerait immédiatement des soupçons. Mais la caresse de la soie sur sa peau laiteuse est finalement une compensation suffisante à ces vilains soucis.
Elle s'avance vers le momument de verre et de métal d'où règne son "patron". Pas aprés pas, sa démarche change, se faisant plus féminine et chaloupée, son regard de détaché devient hautain avec une touche de velours pour bien faire. Tous ses mouvements se teintent d'une grace qui ne trompe pas sur l'éducation reçue par la demoiselle. Et c'est le sourire suffisant qu'elle passe un à un les barrages de ses collègues, en dame de la haute société.
Mais elle le sait, le pire obstacle est à venir. Il est constitué d'environ 1m65 et 50 kilos de crétinisme bariolé, monté sur pilotis. Le terrifiant cerbère de la porte stantonienne : Starla.
Quand Apollonia pénètre dans le bureau de celle-ci, c'est pour apercevoir en premier lieu la croupe moulée à la louche de la jeune dinde présentementl'oreille collée à l'autre porte. Apollonia aime marcher sans émettre le moindre son.

Bonjour Starla! dit-elle, faisant éclater une voix au ton parfaitement mondain juste derrière la secrétaire.
Je vois que comme toujours vous savez vous présenter sous votre meilleurs jour...
Veuillez m'annoncer immédiatement auprés de Lord Stanton. Et ne prenez pas cet air surpris c'est lui qui m'a fait demander.
Oh je comprends le motif de ces charmants yeux ronds, il n'est pas passé par vous...
Allons mon coeur, ne le prenez pas mal, les tâches d'importance doivent être confiées à des gens compétents, voilà tout.
conclut-elle le sourire charmeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Starla



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 12/07/2007

MessageSujet: Re: La tour dorée, siège de Lord Stanton   Mar 27 Nov - 5:23

Encore cambrée sur la porte, l'assistante du Grand Stanton n'eut pas à employer des trésors de sang-froid pour garder sa position : cette voix aux tonalités glacées l'avait figée sur place. L'âme damnée de son Eminence le Dieu Stanton avait cette désagréable habitude d'apparaître sans prévenir sous son nez... ou autre chose... Cependant, comme à chaque fois, Starla n'arrivait pas à lui en vouloir ; rien que d'entendre la douce froideur de sa voix égayait sa journée à subir les remontrances justifiées de celui que tout Sipra se devait de vénérer plus que ses propres parents.

Frissonnant de cette présence juste derrière elle, dans une position presque trop intime, elle se redressa lentement, tenant des deux mains ses dossiers contre son ventre. Que le haut des classeurs relève sensiblement le contenu de son profond décolleté devait sembler tellement fortuit, tellement à l'image qu'on se faisait d'elle, qu'elle ne put retenir un léger pouffement.


"Hihihi... Comme vous dites, je ne m'attendais pas à vous voir, Mademoiselle Kirillovna. Il n'a en effet pas daigné me prévenir. Ou bien j'ai oublié... hihihi" fit-elle, presque gênée, en plaçant le bout de main tendue sur ses lèvres rebondies, ne cherchant à dissimuler que maladroitement les rougeurs qui s'étaient formées sur ses joues. "Il est actuellement en entretien avec le Docteur Leets. Je crois qu'il a enfin obtenu le poste qu'il convoitait tant. Je n'ai pas eu le temps de percevoir grand chose, mais je crois qu'ils n'ont pas encore tout à fait fini. Vous savez bien que Monseigneur ne supporte pas être dérangé en plein entretien, surtout de cette importance, mais je me doute que pour une femme aussi exceptionnelle que vous, il fera exception. Comme d'habitude..."

Elle ponctua sa dernière phrase d'une petite moue entendue. Elle prit alors la direction de son bureau, sur lequel elle reposa délicatement l'ensemble des dossiers. Elle appuya alors sur l'interrupteur magique, celui-là même qui lui permettrait d'interrompre cet entretien confidentiel. Elle prit évidemment bien soin de n'appuyer qu'avec le doigt, ne voulant pas réduire à néant tous ses efforts de manucure.

"Vénérée Excellence, je vous prie d'excuser mon impardonnable impétuosité : Mademoiselle Kirillovna vient d'arriver. J'aimerais en profiter pour vous admirer apposer de splendides autographes sur quelques documents d'importance minime."

Connaissant déjà la réponse, elle reprit tous ses dossiers, et se posta dignement entre la porte et la superbe rousse, de sorte que Leets se trouve forcé de s'écarter lorsqu'il sortirait. Son ego en prendrait un coup, pour le plus grand bien de la gent féminine ici présente. Attendant que le Maître renvoie cette abomination virile vers ses sous-sols tuyautés, Starla se tourna légèrement vers Apollonia, lui adressa un petit sourire, et fit en sorte de ne pas laisser de blanc dans la conversation :

"Comme toujours, vous êtes splendide, Mademoiselle. Si seulement vous pouviez me donner vos secrets de beauté. J'ai beau suivre tous les conseils d'Anna dans Beauté Vapeur ou de Miranda du Sipra Sensuelle, rien à faire, je suis jalouse du velouté de votre visage. Et votre robe, de la soie du Milieu, non ? En tout cas elle vous va à ravir. Comme vos bijoux ou votre manteau. Quel goût vous avez ! Vous avez déjà pensé à tenir votre rubrique dans un magazine ? Je serais votre première lectrice, assidue comme personne. Vous avez un talent évident pour accorder votre garde-robe à la saison et à votre teint, que j'aimerais tant avoir. On dirait une nièce de ma voisine, qui est encore jeune, et qui n'a pas les soucis qu'on a tous lorsqu'on devient adultes, et..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apollonia Kirillovna



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 19/04/2007

MessageSujet: Re: La tour dorée, siège de Lord Stanton   Mer 28 Nov - 4:15

Apollonia subit bravement le flot ininterrompu des inepties de la secrétaire. Dieu que cette fille a de la chance d'être aussi jolie!
En effet elle s'est toujours demandé comment ce croisement entre une pouliche de concours et une linotte avait pu obtenir un poste aussi convoité. Certainement pas par sa brillante conversation...
De là à imaginer qu'elle puisse faire des choses avec Stanton il y a quand même un gouffre. D'ailleurs en y réfléchissant pour la première fois, imaginer Stanton faisant des choses avec qui que ce soit lui semble totalement incongru.


Ma douce, grâce à vous me voilà les bottines bien rutilantes. Si je baisse les yeux je suis persuadée de pouvoir y contempler vos sous-vêtements, s'il y a lieu... Et si je ne savais toutes ces affirmations parfaitement fondées j'en rougirais presque.
Quand à mes petits secrets permettez-moi de les conserver, aprés tout quel autre argument a une femme si ce n'est sa beauté? De toute façon les votres me semblent être de poids.
dit-elle en coulant un regard vers le généreux décolleté de la blonde.

Intérieurement Apollonia prie pour que le grand maitre la libère le plus rapidement possible de cette épreuve. Dans deux minutes maximum elle sent que son envie d'arracher la langue de la greluche pour s'en faire un pendentif va se concrétiser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Stanton



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: La tour dorée, siège de Lord Stanton   Mer 28 Nov - 21:04

Cet homme était plaisant, à la fois obéissant et prévenant. Il ne lui manquait qu'une seule qualité jusqu'à l'apparition d'une goutte de sueur sur sa tempe droite. Leets le craignait, il le savait maintenant. Voilà qualité indispensable à tous ses esclaves. La peur était un sentiment qu'il aimait inspirer car selon lui, il n'y avait point de pouvoir sans terreur. Il aimait à s'imaginer que les gens tressaillaient rien qu'à l'idée de penser à lui. Que serait un Dieu sans la crainte de son courroux?
Alors qu'il allait relâcher sa nouvelle proie, la voix stridente de sa potiche de secrétaire retentie dans la pièce. Ramenant ses deux index vers chacune de ses tempes pour les masser en prévention de la future migraine qui allait poindre, il s'adressa directement à Leets.

-Bien, vous avez une semaine, et ne me décevez pas!
Vous pouvez disposer, nous nous reverrons pour sacrer votre victoire ou bien votre défaite. Comme vous l'imaginez les deux célébrations seront, comment dire...

Il prend quelques secondes pour bien choisir ses mots.
...différentes selon l'issue de votre période d'essaie.
Alors au travail et laissez la porte ouverte en indiquant à ma secrétaire et à mademoiselle
Kirillovna qu'elles peuvent entrer.

A quel grand homme que ce Stanton! Beaucoup trop bon avec ses ouailles. Si bon qu'on lui envoie un vulgaire subordonné au lieu du commandeur général des Agents en personne. Et cette migraine qui s'installe...
Un mauvais jour c'est certain...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr Leets



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 02/05/2007

MessageSujet: Re: La tour dorée, siège de Lord Stanton   Mer 28 Nov - 22:20

*En considérant qu'il faudrait plus de sept wagons d'acier... Non ce n'est pas possible...*

S'évadant en ses pensées, attendant patiemment que Stanton le congédiât, Leets retrouvait contenance et oubliait peu à peu le lieu où il se trouvait. Alors que ses ambitions de pouvoir et de domination régnaient sur ses songes, la seule possibilité d'une mécanique nouvelle à peine évoquée, il s'abandonnait avec passion au raz de marée de ses idées les plus extravagantes et irréalisables. Sa prétention principale était un chef d'oeuvre, du moins en théorie, qui marquerait à jamais le règne de Stanton... Mais Leets voyait grand. Bien plus grand que ce simple règne éphémère dont il serait un jour l'élément perturbateur... Tout devait concorder en ses plans pour s'adapter à son glorieux futur. Oui...cette invention serait la plus ingénieuse jamais conçue par l'Homme.

La voix stridente de la secrétaire ne parvint pas à le sortir de sa rêverie. Pourtant, le ton calme et froid de Stanton, annonciateur d'une sentence dont il n'écoperait jamais étant donné que son projet ne pouvait faillir, réussit brutalement à le ramener à la réalité. L'homme était glacial et l'absence de toute expression compatissante ou positive sur le visage de Stanton suffit à rendre son premier malaise à Leets.
Décroisant les mains et les appuyant sur les accoudoirs de son fauteuil, il tenta de s'en extraire sans vaciller... le moelleux de l'assise accordé à ses rêves ambitieux l'avait ramolli plus sévèrement qu'il ne l'eût cru.

De toute sa hauteur, il se redressa enfin, lissant d'un geste sec sa blouse blanche. Serrant un poing gainé de cuir, il le plaqua contre sa poitrine et s'inclina face à Clifford Stanton.

Je vous promets l'ingéniosité incarnée en sept jours. Je suis au service de Votre Grandeur.

Se redressant, il fit quelques pas en arrière avant de se retourner d'un demi-tour, croisant subrepticement le regard froid et fatigué de Stanton. Il n'était qu'un homme après tout. Excédé par la voix stridente de sa secrétaire, cherchant sans cesse le pouvoir afin de ne point sombrer. Juste un homme froid et dur mais dont les faiblesses ressurgissaient parfois imperceptiblement.

Se dirigeant à grandes enjambées vers la porte du bureau, il l'atteignit et en empoigna vigoureusement la poignée, actionnant son mécanisme et faisant pivoter la porte sur ses gonds presque brutalement. Son geste manqua coûter la vie à Starla, la secrétaire s'étant positionnée juste derrière l'entrée, ayant sûrement oublié que l'ingénieux système de portes vapocoulissantes de Leets n'avait été installé qu'au parvis de la Tour Dorée.
Apercevant au côté de la gourde un visage connu engoncé en ses fourrures, le docteur Leets se plaqua contre la porte, la main toujours crispée sur la poignée tandis qu'il redressait de l'autre, ses lunettes noires sur son nez.

Il semblerait que vous soyez attendue Apollonia... ainsi que votre... incompétente acolyte.

La Kirillovna restait une énigme pour le Docteur Leets. Souvent croisée au coeur de l'Île Stable, il n'avait échangé avec elle que civilités, banalités et autres informations inutiles. Stanton devait avoir ses raisons... s'entourer de belles créatures semblaient le ravir. Leets sourit en pensées à cette idée. Même Dieu semblait parfois se sentir seul. Pourtant, Apollonia possédait ce regard couvant l'intelligence et futur détenteur du pouvoir siprasien une fois les échelons gravis, le docteur se devait de ne pas sous estimer la portée de tels détails.
Starla en revanche n'éveillait en lui aucun intérêt... La seule question qui le taraudait était le "pourquoi" de l'embauche d'une incompétente superficielle doublée d'une ingénue. Finalement, son idée s'élaborait peu à peu d'une simple déduction anatomique de la subordonnée.

Mesdemoiselles, si vous pouviez vous donner la peine... le travail n'attend pas, surtout lorsqu'il est expressément commandé par Notre Maître.

Et à la simple évocation du travail à accomplir, Leets replongea en ses pensées techniques, mécaniques et exemptes de toute beauté superficielle ou dressée sur échasses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apollonia Kirillovna



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 19/04/2007

MessageSujet: Re: La tour dorée, siège de Lord Stanton   Jeu 29 Nov - 13:52

La porte du bureau s'ouvre brusquement laissant le passage au nouveau chef ingénieur et Starla ne doit la vie sauve qu'à un agile bond de côté. Pareille esquive du haut de 12 centimètres de talons force malgré tout l'admiration d'Apollonia.
La voilà face aux verres fumés du Dr Leets. Apollonia n'aime pas cela, elle ressent toujours le besoin de voir le regard des gens. Les yeux sont le miroir de l'âme et toute âme siprasienne est une future victime potentielle d'Apollonia selon le bon vouloir de Stanton. Surtout les chefs ingénieurs dont ce dernier semble faire un usage rapide et jetable. Si ses comptes sont exacts, six se sont succédés depuis celui qui posa le premier ses petites électrodes sur son crâne. Deux étaient à son actif, les autres étaient allés s'entasser au pied de la tour.
Elle sourit et se demande un instant si son garrot se refermera un jour autour du coup de Leets. Auquel cas elle en profitera pour lui oter ses lunettes et vérifier s'il posséde le regard de hibou qu'elle lui a toujours imaginé.


Cher ami, vous me voyez ravie de vous rencontrer. Votre apparition est pour moi une libération en quelque sorte. Elle coule un léger regard vers Starla et revient au docteur.
Je me dois de répondre diligemment à l'appel du Grand Maitre, aussi excusez-moi de ne point demeurer plus longtemps. Au plaisir de vous recroiser, chef ingénieur, dans ces conditions...ou d'autres.

Sur ces mots, Apollonia se glisse rapidement dans le bureau et s'incline respectueusement devant Lord Stanton.

Gloire à Sipra! Gloire à Lord Stanton!
Me voici à votre service Maitre. Le commandeur m'a déléguée à sa place, étant, m'a-t-il dit, sur une affaire de la plus haute importance pour votre grandeur.
J'espère être en tout point à la hauteur de vos exigences.


Elle se redresse, effleurant rapidement et sans effronterie le regard de son interlocuteur. Juste pour savoir si aujourd'hui est un beau jour pour mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Stanton



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: La tour dorée, siège de Lord Stanton   Ven 30 Nov - 21:09

Quelle charmante apparition ce fut. Apollonia Kirillovna a un don tout particulier pour mettre en valeur sa beauté naturelle. Soieries et bijoux ne sont que faibles artifices face à pareille beauté. Cependant, comme vous vous en doutez surement, Stanton n'en remarqua rien. Peu intéressé par les choses de la chair, il ne s'accorde que rarement ces plaisirs. Il n'en éprouve pas le réel besoin, ce n'est pour lui qu'une basse occupation qu'il accorde à son peuple dans le seul but de les laisser continuer à remplir les rues de leur progéniture grouillante. Après tout, plus ses esclaves seront nombreux, plus il possèdera de pouvoir. Pourtant, parfois, il se laisse aller à pratiquer la croupe de sa secrétaire. Il faut qu'elle se rappelle qui est le maître. Ou peut être est ce pour se le rappeler à lui même ? Il est vrai qu'elle a tendance à prendre plus de place qu'elle ne le doit et bien qu'au courant de ses pratiques, il la laisse faire. Quel étrange pouvoir possède t'elle pour survivre à un tel affront? J'avoue moi même ne pas le savoir. Clifford n'a pas été très clair à ce sujet...

Mais revenons en à la belle et intrigante Apollonia
. Elle est un des cinq êtres Siprasiens les plus parfaits. Bien sûr, je ne compte pas Stanton, Dieu n'a pas besoin d'être comparé... Façonnée, modelée, elle est l'expression de la réussite Stantonienne. Ces êtres sans existence, lui obéissant au doigt et à l'œil sont de parfaites machines à tuer.

Pourtant, cela n'empêche pas Clifford d'être profondément irrité. Pourquoi se trouve elle là, face à lui, à la place du commandeur? Quelle est cette soit disant affaire très importante? Il n'est au courant de rien! Lui! Comment est-il pensable qu'il pardonne tel affront? Pourtant il ne peut se débarrasser d'aucun des deux. Le commandeur lui est indispensable, il en sait bien trop pour être torturé et il ne peut le faire assassiner pour l'instant. Quand à Apollonia, il ne peut l'abimer sans qu'elle devienne défaillante... Une rage froide et sourde monte en lui! Lui le grand Stanton! Il ne peut absolument rien faire pour le moment. Seule la veine de sa tempe droite gonfle sensiblement et trahit la colère sournoise qui s'empare de lui. Encore ce gamin capricieux qui essaie d'éclater au grand jour. Mais pour le moment Cliff le maîtrise, il ne peut supporter de penser qu'un jour peut être, ce sale mioche prendra le dessus réduisant à néant tout ce qu'il a construit. Son regard se pose sur le plafond, et soudain, c'est le calme qui reprend sa place... Il sait comment punir Apollonia... Bientôt... Quand son œuvre sera enfin prête, il pourra se débarrasser d'elle, elle ne lui servira plus à rien. Et pour cela, Leets ne doit pas faillir, sinon l'échéance sera encore repoussée et ça! Il ne le tolèrera plus!
Mais avant... Pourquoi ne pas jouer un peu avec elle?

Un large sourire s'affiche alors sur son visage et son regard se dirige enfin vers Kirillovna.

- Ma chère Apollonia, c'est un plaisir de vous voir ici à la place du Commandeur. Et ne vous inquiétez pas, vous êtes tout à fait à la hauteur voir bien plus compétente que cet incapable. Prenez place, installez vous à votre aise et faites moi votre rapport. Quand vous aurez terminé, je vous donnerais mes nouvelles exigences et nous parlerons un peu tout les deux, j'ai quelque chose à vous proposer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Starla



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 12/07/2007

MessageSujet: Re: La tour dorée, siège de Lord Stanton   Dim 2 Déc - 19:00

Où avait-elle la tête ? Là où elle se trouvait, il était évident qu'elle se prendrait le battant de la porte en pleine figure. Elle avait déjà commencé un écart lorsque Leets ouvrit vivement la porte, lui laissant à peine assez de temps pour l'éviter complètement. À trop jouer la sotte pour Kirillovna, elle en avait oublié la plus simple des précautions, connaissant la propension de Leets à faire valser les portes plus qu'à les ouvrir.

Se remettant tout juste de sa montée d'adrénaline, elle laissa la belle Apollonia passer devant elle, et ne trouva pas la force de jeter un regard haineux au malade Leets. Elle prit la suite de la rouquine et ne put s'empêcher, tandisqu'elle prenait la direction du meuble-bar du Maître, d'admirer avec quelle grâce se mouvait son corps dans cette splendide robe. Elle posa ses dossiers sur un plateau, et tendit son oreille pour écouter la conversation, curieuse qu'elle était, tout en versant une eau pure comme du diamant dans un verre de cristal en forme d'Ertre, Stanton aimant à s'imaginer le monde entre ses mains.


"Gloire à Stanton, gloire au plus beau, gloire au plus grand !" s'exclama-t-elle en apportant sur le bureau le plateau couvert des dossier et du verre. Elle posa le plateau en mettant en avant son décolleté, convaincue d'obtenir l'attention de l'assemblée masculine comme féminine, posa le verre à portée de main de Stanton, puis ouvrit le premier dossier. "Veuillez excuser mon outrecuidance en plein entretien avec votre amie. Cependant, votre Grandissîme Hauteur pourrait-elle poser sa Majestueuse signature sur ces dossiers ? Les basses oeuvres administratives prennent du retard face à votre vivacité d'esprit."

Elle jeta un regard discret sur le visage de son patron, tout en pointant de son index une zone portant le nom et le titre du seul décisionnaire de Sipra. Avec un peu de chance, il noterait qu'elle lui était dévouée jusqu'au bout des ongles, et continuerait à parler à l'agent. Elle ferait ainsi d'une pierre deux coups : il ne serait pas à la lecture des dossiers, et elle n'aurait pas à écouter à la porte.

Gain de temps et d'efforts, cela lui permettrait de s'occuper à d'autres activités plus sérieuses, et plus dans son propre intérêt.


Dernière édition par le Lun 3 Déc - 20:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apollonia Kirillovna



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 19/04/2007

MessageSujet: Re: La tour dorée, siège de Lord Stanton   Lun 3 Déc - 12:30

Le regard et le visage sont restés parfaitement impassibles, mais elle a parfaitement vu l'afflux sanguin palpitant à sa tempe. Cela fait partie de son métier de noter telles choses. Elle n'en admire que plus cet homme auquel elle est dévouée corps et âme, pareille maitrise est impressionnante.
Pourtant Apollonia sait qu'elle n'en est pas quitte pour autant. Ellle se dirige lentement vers le siège qu'elle sait avoir été le dernier de bien des ingénieurs, entre autres, et s'y assoit calmement.
Moment que l'autruche peinturlurée choisit pour pénétrer dans le bureau et se remettre à piapiater. Un instant Apollonia se demande si cette créature ne serait pas une punition divine destinée à lui faire expier tous ses péchés. Mais en réelle disciple du Grand Maitre, elle ne montre rien de son agacement et, faisant aller ostensiblement son regard de Starla à Stanton, interroge.

Dois-je?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Stanton



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: La tour dorée, siège de Lord Stanton   Sam 2 Fév - 16:18

Diantre! Cette godiche a le don de m'exaspérer! Je me demande bien comment fait Clifford pour la supporter... Toujours est il qu'elle est toujours là, aussi colorée et discrète qu'un paon en période de rut. Qui plus est, elle s'imagine que son petit manège n'est visible que d'elle même, mais moi! Oui moi! Je vois tout! Hélas, je ne suis qu'un humble spectateur muet aux oreilles de Stanton. Et lui, il la laisse faire... Je me demande même si cela ne l'amuse pas un peu de la voir peinturlurée et déambulant comme une vapocalèche volée au milieu de son bureau.
Alors que Starla venait de poser des papiers à signer devant Stanton, une légère irritation le gagna. En effet, il était tout à sa réflexion sur la manière de punir Apollonia quand il fut interrompu. Posant son regard sur cette dernière, il lui signifia d'attendre quelques instants avant de commencer. Comme à son habitude, il jeta un rapide coup d'oeil aux documents et y apposa son illustre signature avant de se retourner vers Starla.

- Ma chère Carla, veillez à retourner à vos occupations et à ne pas laisser vos oreilles trainer là où elle pourrait souffrir d'entendre conversations qui ne leur sont pas destinées.

Prenant toute son aise dans le fauteuil de grand maître qui lui revient, il pose ses coudes sur les accoudoirs et joint ses mains l'une à l'autre dans une position d'attente.
Quand elle aura quitté la pièce, alors il pourra reprendre la discussion là où elle s'était arrêtée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Starla



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 12/07/2007

MessageSujet: Re: La tour dorée, siège de Lord Stanton   Lun 4 Fév - 20:46

Une manoeuvre aussi grossière ne pouvait évidemment pas passer inaperçue, l'assistante de direction expérimentée qu'elle était aurait dû s'en douter dès le départ. Pourtant, comme on dit, qui ne tente rien...

Le nécessaire sourire de façade toujours d'actualité, elle ôta chaque document signé à peine relevée la plume de Stanton le Magnifique. Elle avait bien eu quelques ratés à ses débuts, mais sa dextérité actuelle permettait à son Vénéré Maître de n'avoir, et cela sans la moindre rature ni le plus petit bavement, qu'à fournir un effort minimal pour apposer son sceau sur cette montagne d'autorisations, lois, notes internes, et autres demandes de rapports diverses et variées.

La gymnastique poignetale achevée, elle reprit sa posture favorite, la pile de documents soulignant encore plus avantageusement son décolleté plongeant, et salua le Supérieur Ultime.


"Le Grand Maître est beau, le Grand Maître est intelligent, le Grand Maître est fort, longue vie au Grand Maître !"

Puis elle appuya son départ d'une petite moue admirative à l'égard de la froide splendeur de Dame Kirillovna... Diable qu'il était triste qu'elle ne puisse réaliser la liberté permise aux seuls simples d'esprit... Il était plus que temps de s'éclipser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La tour dorée, siège de Lord Stanton   Aujourd'hui à 1:17

Revenir en haut Aller en bas
 
La tour dorée, siège de Lord Stanton
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» tour de siège
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» Tour de Farce
» La Tour du Savoir
» The lord of the ringard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sipra :: L'Île Stable :: Coeur de l'Île Stable-
Sauter vers: